PUBLICITÉ

La RDC s’offre un numéro vert pour dénoncer des actes de traite des personnes

La République Démocratique du Congo, via l’Agence pour Prévention et la Lutte contre la Traite des personnes (APLTP), vient de se doter pour la première fois de son histoire, d’une ligne verte pour prévenir des actes de traite des personnes. C’était ce mercredi 27 avril au Fleuve Congo Hotel à Kinshasa.

Pour le lancement de numéro vert, le Directeur de cabinet adjoint du Chef de l’État, Olivier Mondonge, qui l’a représenté, a signifié dans son mot que cette ligne verte gratuite lancé à ce jour, est un instrument de prévention des actes de traite des personnes. Selon lui, elle contribue à sécuriser les victimes et les témoins.

« C’est pourquoi, j’invite toute la population à dénoncer les actes de traite des personnes, leurs auteurs en appelant le numéro 129. Au nom de SE Monsieur le Président de la République, je lance officiellement la ligne numéro 129 pour les victimes et les témoins de la traite des personnes « , a annoncé Olivier Mondonge.

Quant à la Coordinatrice de l’APLTP, Mme Cécile Meta Kassanda, « aujourd’hui est un grand jour pour les victimes de la traite des personnes de la République Démocratique du Congo.

Ces personnes exploitées par leurs semblables transformées en marchandises, indique-t-elle, et devenues une source intarissable des revenus pour les trafiquants parce qu’elles ont maintenant un canal pour dénoncer les actes dont elles sont victimes. « Nos téléphones personnels ont servi de canaux de communication avec les victimes qui nous appelaient jour et nuit. C’est pourquoi nous avons inscrit dans nos plans de travail annuels 2020, 2021 et 2022 la mise en place d’une ligne verte pour les victimes de la traite « , a fait savoir la Coordinatrice Kasanda. 

Par ailleurs, Mme Meta Kassanda a remercié Mme Sabrina Bakongola Mukeba de l’APLTP pour l’initiative d’élaborer un projet de création d’une ligne verte pour les victimes, ce qui s’est concrétisé. « Elle a travaillé durement, consultant les ingénieurs des sociétés de téléphonie mobile pour améliorer son projet qu’elle a présenté courageusement à une des réunions d’équipe de novembre 2020. Elle a été accompagnée et encouragée par tous les membres de l’APLTP, et c’est grâce à sa détermination, et persévérance qu’aujourd’hui la Ligne verte est devenue une réalité », a témoigné la Coordinatrice Cécile Meta.

Il sied de noter que depuis sa création le 22 avril 2019, l’APLTP, une agence de la Présidence de la République, avait placé la création d’une ligne verte pour les victimes et les témoins de la traite des personnes parmi ses plus importantes priorités, afin de permettre aux victimes de criminalité de se confier à quelqu’un, d’obtenir conseils, d’être orientées vers un service compétent de prise en charge et enfin d’obtenir justice et réparation.

Hervé Pedro

- Publicité -

EN CONTINU