PUBLICITÉ

RDC : Le Juge Polycarpe Mongulu a reçu les derniers hommages de la Nation au Palais du peuple

La dépouille mortelle du Juge de la Cour Constitutionnelle, Polycarpe Mongulu T’apangane a reçu les derniers hommages de la nation congolaise, le samedi 23 avril 2022, à l’esplanade du Palais du peuple, cadre où il a aussi rendu les loyaux services de la nation en tant que Sénateur avant d’être nommé en 2018 juge de la haute Cour.

Dans ses obsèques, la Cour Constitutionnelle s’est réunie en audience pour les hommages solennels sous la présidence du Professeur Dieudonné Kaluba Dibwe.

Dans cette audience consacrée aux hommages solennels à l’illustre disparu, le Procureur général près la Cour Constitutionnelle, mais aussi le Président de l’ordre national des avocats ont prononcé les mots justes pour louer la carrière «exceptionnelle» de Polycarpe Mongulu T’apangane qui était «un grand serviteur de la Nation».

Pour le Président de l’ordre des avocats, l’illustre disparu était un homme intègre doublé de la rigueur scientifique. Sa biographie doit servir de modèle à la jeunesse.

Dans cette audience qui s’était inscrite dans la logique des témoignages, le Président de la Cour Constitutionnelle, Dieudonné Kaluba Dibwe a souligné que très jeune, Polycarpe Mongulu s’est mis au service de la Nation. Il a servi le pays avec abnégation.

D’après lui, son collègue décédé était «Un haut magistrat accompli, un des pionniers de notre système judiciaire qui a sillonné le pays dans le cadre du service tout au long de sa carrière. Comment ne pas saluer cette perspicacité dans un domaine où les modèles universelles sont rares».

Aussi, renchérit-il, «pour vivre, il faut vaincre, pour vaincre, il faut convaincre. Voilà pourquoi Mongulu T’apangane qui a convaincu à travers sa brillante et riche carrière servira de modèle aux générations futures».

Pour les bons et loyaux services rendus à la nation congolaise, la dépouille mortelle du Juge Polycarpe Mongulu T’apangane a été décoré à titre posthume dans l’Ordre national Lumumba-Kabila, dans une ordonnance signée par le Président de la République, Félix Tshisekedi.

Plusieurs officiels avaient pris part aux obsèques du juge Polycarpe Mongulu T’apangane au Palais du peuple en l’occurrence la Ministre d’État en charge de la Justice, Rose Mutombo qui a présenté le Chef de l’État, les députés nationaux et sénateurs, les membres du Gouvernement, les hauts magistrats et les avocats.

Décédé à l’âge de 77 ans, le vendredi 8 avril, à l’hôpital CMK de Kinshasa, juge Polycarpe Mongulu T’apangane sera inhumé à Lisala dans la province de la Mongala où il se reposera à jamais.

Zoom sur Polycarpe Mongulu T’apangane

Le juge Polycarpe Mongulu T’apangane est né le 03 mars 1945 à Gemena, chef-lieu de la province du Sud-Ubangi. Il est originaire du village Boso Mondanda, secteur de Boso Melo, dans la province de la Mongala.

Il a fait ses études primaires, à Bolongo, et secondaires, au collège Saint Thomas More à Lisala, où il a obtenu son diplôme d’Etat. Il entame ses études universitaires à l’Université de Kinshasa, alors Lovanium, où il obtient d’abord le diplôme de Bachelier en philosophie et lettres, puis un diplôme de licence en Droit.

Après ses études universitaires, Polycarpe Mongulu entra dans la magistrature en 1974 et sera nommé substitut du procureur de la République à Boma. L’année suivante, il est nommé premier substitut du procureur de la République à Matadi.

Il assume de grandes responsabilités dans des instances judiciaires de la République, jusqu’à devenir avocat général de la République. Il sera admis à l’Eméritat et a l’Honorariat par décret d’organisation judiciaire, avant d’être désigné juge à la Cour constitutionnelle, le 11 juin 2018.

Polycarpe Mongulu a été membre de la Commission politique administrative et judiciaire (PAJ) du Sénat. Il est aussi auteur de plusieurs publications sous forme de mercuriales

Christian Okende

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU