PUBLICITÉ

RDC : Bintou Keita échange avec Mboso sur l’évolution des discussions sur la réforme de la loi électorale

La cheffe de la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation du Congo (Monusco), Bintou Keita a été reçue ce jeudi 21 avril par Christophe Mboso, président de l’Assemblée nationale.

Au menu des échanges, les deux personnalités ont évoqué la question relative à l’évolution des discussions sur la réforme de loi électorale au sein de l’Assemblée nationale, mais aussi celle liée à la sécurité dans l’Est du pays, avec notamment des attaques contre les personnes déplacées internes, sans oublier l’évolution de l’état de siège dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu.

« J’ai rencontré le président de l’Assemblée nationale pour prendre la température sur les discussions autour de la réforme de la loi électorale, les positionnements des uns et des autres, quelles sont les dynamiques, et surtout d’encourager toutes les parties prenantes à faire en sorte que dans le contexte des institutions, les débats puissent avoir lieu sur la réforme de cette loi électorale tant attendue, de manière que l’on puisse cheminer vers un processus électoral transparent crédible, apaisé et inclusif », a-t-elle déclaré.

Outre la loi électorale, il était notamment question d’examiner comment la mise en œuvre de l’état de siège a un impact sur la vie de la population, notamment l’accès à des services sociaux de base, surtout les préoccupations autour des attaques contre les personnes déplacées internes.

« Nous avons aussi parlé du partenariat entre la Monusco et l’Assemblée nationale, les Nations unies de manière plus large, mais surtout Monusco », a renchérit Bintou Keita.

A cette occasion, le président de l’Assemblée nationale a présenté, au nom de l’Assemblée nationale, des condoléances pour les neuf casques bleus décédés dans le Nord-Kivu et en Ituri.

Dans la même logique, Bintou Keita a aussi présenté des condoléances à l’Assemblée nationale, parce que chaque jour, il y a accumulation des morts, des personnes blessées ou en déplacement et en sécurité permanente. « C’est une situation bien triste et cela en dépit de tous les efforts qui sont entrepris par les uns et les autres », a-t-elle regretté.

Bernard MPOYI

- Publicité -

EN CONTINU