PUBLICITÉ

Gestion du secteur forestier : Un conseil national va servir de cadre institutionnel de coordination

Faisant suite à la demande du Président de la République, Félix Tshisekedi formulée lors de la 47ème réunion du Conseil des Ministres, la Vice-Première Ministre, Ministre de l’Environnement et Développement Durable, Ève Bazaiba a fait part au Conseil du Rapport relatif à l’état d’avancement du processus Pays concernant la gestion du secteur forestier au regard des engagements internationaux pris par la République Démocratique du Congo.

Selon le Porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya, elle a d’abord rappelé les engagements internationaux pris à la COP26 en précisant qu’ils portent sur :

  • La Déclaration d’engagement des États membres de la COMIFAC pour les forets d’Afrique Centrale et l’appel pour un financement équitable ;
  • La Déclaration des dirigeants mondiaux sur les forêts du 1er novembre 2021 ;
  • Les engagements dans le cadre de l’Accord de partenariat RDC-CAFI (Initiative sur les forêts d’Afrique Centrale) pour la période 2021-2030 du 02 novembre 2021 ;
  • Les engagements sous l’accord de Paris de 2015 notamment l’opérationnalisation de la Contribution Déterminée à l’Échelle nationale de la RDC, soumise au Secrétariat de la Convention Cadre des Nations Unies en décembre 2021.

Elle a ensuite précisé que ces engagements revêtent un caractère multisectoriel, hormis le fait que leur période de mise en œuvre s’étale sur dix ans.

Aussi s’imbriquent-ils pour la plupart avec les engagements pays contenus dans la Contribution Déterminée à l’Échelle Nationale sous l’Accord de Paris sur le climat.

Pour y parvenir, souligne Patrick Muyaya, le Ministère de l’Environnement et Développement Durable a, avec d’autres parties prenantes, entrepris depuis janvier 2022 une série d’actions avec pour objectif de mettre en place le cadrage politique, institutionnel et opérationnel requis pouvant permettre à notre pays de tenir ces engagements.

C’est le cas notamment de du Conseil National de l’Environnement et
Développement Durable (CONEDD) qui servira de cadre institutionnel de coordination de la mise en œuvre de la Contribution Déterminée Nationale dans le cadre des engagements sous l’Accord de Paris.

Dominique Malala

- Publicité -

EN CONTINU