PUBLICITÉ

Ituri : Auprès de Sama Lukonde, les députés provinciaux décrivent « les limites » de l’État de siège

En tête d’une forte délégation gouvernementale, le Premier Ministre Sama Lukonde qui a séjourné, pendant quelques heures en ville de Bunia, ce mercredi 13 avril 2022, a reçu les différentes couches Ituriennes dont les députés provinciaux afin de passer au peigne fin la situation globale que traverse cette province. Sur une même table, la question de l’État de siège a fait couler encres et salives.

Devant Sama, les élus provinciaux de l’Ituri ont décrit que l’état de siège a démontré « ses limites » et qu’il est temps de le lever.

« L’essentiel de notre discussion avec le Premier Ministre était de lui dire clairement que la population iturienne est fatiguée et déçue des résultats de l’état de siège, et qu’il ne sert à rien de le maintenir encorre. Malgré l’état de siège,il y a des tueries,des incendies des maisons et d’autres biens, nous sommes tous témoins », a déclaré, l’un d’entre-eux, devant la presse.

D’après les élus, la situation de l’état de siège qui, ont-ils confié, ne s’améliore pas, porte, dans la foulée, des graves préjudices à leurs endroits. Ils pointent, plus précisément, des arriérés de leurs émoluments.

« Nous ne savons pas pourquoi, nous devons payer des lourds tribus en cette période de l’état de siège. C’est inconcevable que l’assemblée provinciale de l’ituri comme celles du Nord Kivu, soient impayées pendant 10 mois et qu’il y ait aussi la disparité des frais de fonctionnement que Kinshasa envoie » a déploré un élu, cité par la voix de l’Ituri.

Dans sa présentation de ses réalisations auprès de la délégation gouvernementale, faut le rappeler, le Gouverneur militaire de l’ituri, le lieutenant-général Luboya N’kashama s’est félicité du travail abattu durant 11 mois, depuis l’instauration de ce régime militaire. Il a, par ailleurs, relevé certaines difficultés qui l’empêchent à rétablir totalement l’autorité de l’État sur toute l’étendue de l’Ituri, à l’occurrence, le faible effectif des militaires et le problème d’ordre logistique.

Vivement critiqué, l’État de siège, décrété en mai 2021, en Ituri, et dans la province voisine, le Nord-Kivu, a été près de quinze fois fois prolongé dans l’optique d’éradiquer les forces négatives dans ces provinces tourmentées de l’Est. Après l’évaluation sans complaisance, le gouvernement dit envisager, très bientôt, un plan de sortie de crise définitif.

Serge SINDANI

- Publicité -

EN CONTINU