PUBLICITÉ

État de siège au Nord-Kivu : 36 personnes tuées par les ADF en mars

La Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC) de Ruwenzori a adressé, le samedi 2 avril, un bilan des massacres perpétrés par les ADF au cours du mois de mars 2022 dans plusieurs villages du secteur de Ruwenzori, dans le territoire de Beni au Nord-Kivu, sous couvert de l’état de siège depuis le mois de mai 2021.

Il ressort de ce bilan que trente-six (36) personnes ont été massacrées dans plusieurs villages, plusieurs femmes violées, 18 maisons et plus de 2 motos incendiées et 5 blessés, apprend-on de la Radio Okapi.

D’après cette source onusienne, le Président de cette société civile, Meleki Mulala a attribué ces tueries et violations par des rebelles des ADF. De ce fait, il a plaide pour le renforcement des effectifs militaires dans cette région.

«Nous avons compté 36 personnes massacrées par les ADF avec 18 maisons incendiées. Et nous avons enregistré 2 femmes violées, avec 5 blessés plus deux motos incendiées. Nous alertons le gouvernement congolais, de voir comment déployer les militaires ou soit renforcer l’effectif des militaires mais aussi renforcer la capacité de frappe de nos vaillants militaires, FARDC», a-t-il fait savoir.

L’armée congolaise a, pour sa part, indiqué qu’elle est présente dans la région. Selon la même source, le porte-parole du secteur opérationnel Sokola 1 Grand Nord, le Capitaine Anthony Mwalushayi a laissé entendre que l’armée ne peut pas communiquer l’effectif de ses hommes déployés pour traquer l’ennemi.

«Il y a des patrouilles qui sont en train d’être menées. Aucune armée sérieuse au monde ne peut vous vous dire qu’elle a engagé dans les opérations autant des militaires. Donc, les 36 morts que la nouvelle société civile est en train de compter, c’est la guerre de chiffre. Nous, on n’est pas là pour compter les morts, nous on est là pour travailler», a-t-il rétorqué.

Il a, cependant, appelé la Société Civile à collaborer avec les FARDC pour mettre fin au phénomène ADF dans la région tout en dénonçant les assaillants qui sèment «la terreur et la désolation» dans le secteur du Ruwenzori.

Christian Okende

- Publicité -

EN CONTINU