PUBLICITÉ

Qatar : Bahati Lukwebo représente la RDC à la conférence parlementaire sur la lutte contre le terrorisme en Afrique

Le président du Sénat, le Pr Modeste Bahati Lukwebo participe, du 30 au 31 mars 2022, à Doha au Qatar, à la conférence parlementaire sur la lutte contre le terrorisme en Afrique, organisée par le Bureau du programme des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNOCT), en partenariat avec l’Union parlementaire africaine (UPA) et le Conseil de la Choura de l’État du Qatar.

Au cours de ces assises placées sous le thème « Comprendre la menace terroriste en Afrique : nouveaux défis et mesures nécessaires ». et qui portent sur l’engagement parlementaire dans la prévention et la lutte contre le terrorisme, les débats vont s’articuler autour de quatre sessions.

Il s’agit de principales menaces terroristes actuelles et émergentes sur le continent africain; des mesures nécessaires pour atténuer, prévenir et traiter les menaces actuelles et émergentes; des programmes et projets internationaux d’assistance technique sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent ainsi que des besoins des parlements africains en matière d’assistance technique et de renforcement des capacités.

La conférence se tiendra en présentiel, avec plus de 150 participants, membres des parlements nationaux et assemblées parlementaires africains ainsi que des représentants des entités des Nations Unies et d’autres organisations internationales travaillant sur les questions liées à la lutte contre le terrorisme en Afrique. D’autres participants, une centaine, y seront en visioconférence.

Cette conférence devra aboutira à la création d’un réseau de parlementaires africains contre le terrorisme. Parmi les allocutions programmées à la cérémonie d’ouverture, figure celle du Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme, Vladimir Voronkov.

Modeste Bahati qu’accompagne à Doha le président de la commission permanente Défense, Sécurité et Frontières du Sénat congolais, profitera de cette opportunité pour attirer, comme dans ses habitudes, l’attention du Comité des Nations Unies contre le terrorisme, sur la présence des « djihadistes ADF » dans la partie orientale du pays et qui s’illustrent par des recrutements forcés d’enfants, l’endoctrinement à la radicalisation et les violations massives et graves des droits de l’homme à l’encontre des populations civiles, des agents humanitaires et voire des Casques bleus de la Mission des Nations Unies (MONUSCO).

Le premier des sénateurs de la RDC ne manquera pas non plus de dénoncer, du haut de la tribune du rendez-vous de Qatar, l’existence au pays des alliances entre les groupes terroristes locaux et internationaux.

Stéphie MUKINZI M & ACP

- Publicité -

EN CONTINU