PUBLICITÉ

Plus ou moins 250 civils sont tués par mois dans l’Est de la RDC (Bintou Keita)

Dans son discours, mardi 29 mars devant le Conseil de sécurité de l’ONU, la cheffe de la MONUSCO, Bintou Keita a révélé que près de 2 300 morts ont été enregistrés au dernier trimestre de 2021 dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, dans la partie Est de la République démocratique du Congo.

D’après elle, ce chiffre représente une moyenne mensuelle de 250 civils tués dans chacune de ces deux provinces.

Bintou Keita estime que « le gouvernement congolais devrait mettre en œuvre des stratégies globales pour s’attaquer aux causes profondes et structurelles de la détérioration sécuritaire dans l’Est du pays. Des stratégies qui prennent en compte notamment, des mesures et réformes susceptibles de s’attaquer aux causes profondes et structurelles de ces conflits ».

La représentante de la MONUSCO a informé les 15 membres de l’exécutif onusien que malgré les opérations militaires menées dans le cadre de l’état de siège en Ituri et au Nord-Kivu, les pertes civiles et les déplacements des populations ne cessent d’augmenter.

Bintou Keita souligne que la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC s’est détériorée en dépit des opérations militaires conjointes FARDC-UPDF contre les Forces démocratiques alliées (ADF).

Bintou Keita a aussi mis en exergue la résurgence ces trois derniers mois, des activités du mouvement M23 au Nord-Kivu.

Bernard Mpoyi

- Publicité -

EN CONTINU