PUBLICITÉ

Assemblée nationale : Le Ministre de la Défense interpellé après n’avoir pas répondu à une question écrite lui adressée

Le Ministre de la Défense Nationale, Gilbert Kabanda, vient d’être interpellé, ce mardi 29 mars, par le député national, Claude Misare Mugomberwa pour avoir épuisé le délai de dix jours lui accordé par le Bureau de l’Assemblée nationale pour envoyer sa réponse écrite au sujet de l’incursion des troupes étrangères en l’occurrence l’armée Burundaise et les Imbonerakure à Uvira dans la province du Sud-Kivu. Ce, conformément aux dispositions articles 100 et 138 de la Constitution et celles de l’article 193 du Règlement Intérieur.

«Il vous souviendra qu’en date du 18 mars 2022, votre Autorité a transmis ma question écrite de 18 janvier 2022 au Ministre de la Défense afin d’envoyer sa réponse endéans dix jours. Malheureusement jusqu’à présent aucune réponse ne m’est parvenue. En conséquence, ladite question écrite fait l’objet de l’interpellation en application des dispositions de l’article 179 alinéa 4», a rappelé cet élu de Élu d’Uvira au Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso N’kodia.

Dans son interpellation, Claude Misare a tenu à rappeler qu’en dates de 19, 25 décembre 2021 et 16 janvier 2022, la population du Territoire d’Uvira dans la province du Sud-Kivu a observé l’incursion des éléments de l’Armée burundaise dans la Plaine de la Ruzizi. Ils y entrent, explique-t-il, le jour comme la nuit pour se diriger dans les moyens et hauts plateaux d’Uvira sans être inquiétés par les services de sécurité notamment les FARDC.

Aujourd’hui, cet élu a fait savoir que l’effectif des éléments de l’armée Burundaise et les Imbonerakure, une milice du Gouvernement Burundais, serait estimé à plus de 6.000 et sont dans les localités de Malimba et Rudefwe.

D’après lui, ces troupes ont hissé le drapeau de la République du Burundi dans le Village Masango situé dans le Groupement de Bijombo, Chefferie des Bavira et leurs incursions ont déjà causé la mort de plus de 70 civils ; plusieurs personnes emportées par les eaux de la rivière Ruzizi lors de leur fuite, d’autres ont perdu leur vie dans les forêts suite aux affrontements entre les groupes armés rivaux ; 29 villages incendiés ; plusieurs bétails volés et dirigés au Burundi et des milliers des déplacés internes.

Face à cette situation préoccupante, le député national Claude Misare avait adressé une question écrite au Ministre de la Défense nationale et Anciens Combattants aux fins de donner des éléments de réponse à ses préoccupations. Chose étonnante, à l’en croire, jusqu’à présent, Gilbert Kabanda n’a pas envoyé les éléments de réponse alors que lesdites troupes étrangères continuent à traverser les frontières du pays et transformer les moyens et hauts plateaux d’Uvira en «champ de bataille».

«Les cas les plus récents sont ceux du 17 mars 2022 où elles ont été aperçues dans le groupement de Kigoma; l’attaque de Magunda le 24 mars 2022 à 4 heures par l’armée burundaise en coalition avec les groupes armés locaux. Selon les sources locales, les troupes burundaises seraient venues poursuivre les groupes armés burundais (Red Tabara et FNL) installés au Sud-Kivu depuis plusieurs années», a-t-il renchéri.

Avant de déclarer : «À partir du moment où, le Ministre de la Défense nationale refuse délibérément de répondre à une question relevant de sa compétence, ceci nous pousse à croire que l’espoir de la consolidation de la paix dans l’Est demeure encore un simple slogan pour le Gouvernement».

De ce fait, le député national Claude Misare Mugomberwa sollicite auprès de l’Assemblée plénière l’interpellation du Ministre de la Défense nationale, Gilbert Kabanda, pour qu’il vienne fournir les explications à la représentation nationale sur les questions ci-après :

  • Pourquoi les troupes étrangères (armée Burundaise et Imbonerakure) peuvent entrer sur le sol congolais sans que le Parlement et Gouvernement congolais ne soient préalablement informés?
  • Pourquoi les FARDC ne les poursuivent pas ?
  • Existe-t-il des accords signés avec le Burundi en vue d’autoriser ses troupes à poursuivre leurs groupes armés sur le sol congolais ?
  • Quelles sont les mesures que vous avez déjà prises afin de sécuriser nos frontières avec le Burundi ?

Christian Okende

- Publicité -

EN CONTINU