PUBLICITÉ

Importation des chinchards : La Namibie autorise la RDC à pêcher ses 27300 tonnes de poissons d’ici la fin 2022

Le gouvernement congolais négociait avec la Namibie pour obtenir la prolongation de son droit de pêche arrivé à l’expiration depuis le 31 décembre de l’année 2021.

Après 3 mois de négociations, la Namibie par le truchement de son ministre des pêches et des ressource marines, Derek Klazen a notifié au ministre congolais de l’économie nationale, la décision de son pays, d’accorder à la RDC le droit de pêcher ses 27 300 tonnes de chinchards pour une durée allant du 07 mars au 31 décembre 2022.

« La présente lettre a pour objet de vous informer que la RDC, fait partie des pays qui se sont vu octroyer un Quota de 27 300 tonnes de poissons Chinchards congelés en 2021 pour lequel le paiement a déjà été effectué dans les délais impartis par le biais de la vente aux enchères et dont aucun débarquement n’a été effectués pendant la saison de pêche 2021. En conséquence, et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés par l’article 33 de la loi de 2000 sur les ressources marines (loi n° 27 de 2000), j’accorde par la présente au gouvernement de la RDC le droit de récolter à des fins commerciales les 27 300 tonnes métriques non capturées du quota de poissons Chinchards congelés pour la période 2022, ceci prenant cours à partir du 7 mars 2022 et expirant le 31 décembre 2022 », peut-on lire dans une correspondance de Derek Klazen.

Par ailleurs, le ministre Namibien précise dans sa correspondance que « le quota garanti de chinchard doit être pêché au plus tard avant le 31 décembre 2022 car aucune prolongation ne sera accordée ».

Il a aussi rappelé que l’allocation des droits et des quotas est soumise à l’utilisation d’un navire de pêche qui doit tenir compte du nombre de citoyens namibiens opérant sur un tel navire et qui ne doit pas être inférieur à cinquante-cinq pour cent (55 %).

En outre, le gouvernement congolais est tenu de se conformer aux exigences légales en matière de paiement des redevances, des taxes, ainsi que des redevances sur les prises accessoires et en faveur des observateurs des pêches.

« Il est prévu qu’à la fin de la saison de pêche, mon bureau soit mis à jour sur les tonnes métriques réelles capturées et le solde de celles-ci, le cas échéant », a-t-il renchéri.

Satisfait, le gouvernement congolais parle d’une décision qui vient couper court aux rumeurs faisant état de la perte par la RDC de 6 millions de dollars utilisés pour l’obtention du quota de pêche de 27 300 tonnes de Chinchards dans les eaux namibiennes.

Lire aussi : https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2022/01/08/peche-miraculeuse-en-rdc.html/101657/

Cette prise de position du ministère de l’économie confirme la série d’enquêtes publiées par la rédaction de POLITICO.CD titrée « Pêche miraculeuse en RDC : Comment le gouvernement SAMA LUKONDE a péché sans pêcher » dans son acte ACTE II, qui avait démontré comment le gouvernement congolais n’ayant pas l’infrastructure adéquate pour exécuter cette opération, alors que sa licence expirait et face à la polémique qui enflait, il a simplement acheté du poisson auprès des fournisseurs tentant de couvrir son raté.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU