PUBLICITÉ

RDC : Fuyant les atrocités en Ituri, plus de 16.000 déplacés vivent « sans assistance » à Watsa

Théâtre des diverses atrocités commises par des groupes armés depuis 2017, Djugu et ses environs se vident chaque jour de ses habitants qui affluent des régions jugées « sécurisées ». Depuis janvier 2022, au moins 16.000 personnes ont fui les dernières attaques de la milice CODECO et se sont déplacées vers le territoire de Watsa, dans le Haut-Uelé, province contiguë de l’Ituri.

Cette information est révélée, lundi 14 mars 2022 à la presse, par le sénateur congolais Jean-Pierre Batumoko, élu des élus dans la circonscription du territoire de Watsa. Selon lui, ces personnes déplacées, composées des hommes, femmes, enfants et parfois, des orphelins, proviennent surtout de la cité minière Mongwalu en Ituri. Sur place, aucune assistance humanitaire n’est faite à leurs faveurs.

« Ces personnes déplacées vivent dans des conditions très difficiles dans plusieurs villages des groupements Kubi et Andoga dans la chefferie Walesse nécessitant une assistance en vivres et non vivres », a fait savoir Jean-Pierre Batumoko.

Après avoir urgemment assisté, de sa part, ces déplacés des guerres qui manifestent d’énormes besoins, le sénateur Batumoko a interpellé le gouvernement congolais. « Nous appelons le gouvernement central à assister ces déplacés. Nous remercions ici le gouvernement provincial pour son assistance et l’hospitalité de la population locale dont ils bénéficient. Mais, le besoin reste énorme », a-t-il lancé, au cours d’un pont de presse organisé ce lundi 14 mars à Watsa.

Dans la foulée, renseigne le magazine en ligne Orientalinfo.net, Jean-Pierre Batumoko a, ainsi, plaidé pour le renforcement des mesures sécuritaires à la frontière avec cette province sous l’état de siège afin d’éviter l’élargissement de l’insécurité vers le Haut-Uele.

Il a tout de même exhorté ces déplacés à plus de responsabilité dans leurs comportement en dénonçant toute infiltration susceptible de troubler la quiétude et la sécurité dans les milieux d’accueil.

Serge SINDANI

- Publicité -

EN CONTINU