PUBLICITÉ

Le PPRD exige la libération « sans condition » de Ferdinand Kambere, « victime de son appartenance politique »

A travers un communiqué signé par son secrétaire permanent, Emmanuel Ramazani Shadary, le parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) s’est exprimé au sujet du dossier opposant son secrétaire permanent adjoint, Ferdinand Kambere et Ardent Kabambi.

Dénonçant un « procés politique monté savamment » par le pouvoir en place utilisant une justice « instrumentalisée » à souhait, le PPRD estime dans ce communiqué consulté par POLITICO.CD, que son SPA est victime de ses opinions politiques et surtout son appartenance à un parti d’opposition.

Selon le PPRD, Ferdinand Kambere est innocent dans la mesure où c’est lui qui aurait reçu des coups et blessures volontaires de la part de Ardent Kabambi dans un restaurant de la place.

Surpris par la position du ministère public qui a requis la peine capitale, le PPRD prend à témoin le peuple congolais et promet qu’il ne se laissera jamais intimidé par « un pouvoir totalitaire en débandade et qui fait des violations des lois de la république sa feuille de route et son bilan à présenter l’année prochaine au peuple congolais ».

En revanche, le parti cher à Joseph Kabila exige la libération sans condition de son secrétaire permanent adjoint avant d’inviter la communauté internationale, les ONG des droits de l’homme, la MONUSCO et consorts de s’impliquer pour que celui-ci recouvre sa totale liberté.

La sentence du procès du secrétaire permanent adjoint du PPRD, Ferdinand Kambere, accusé de tentative de meurtre contre Ardent Kabambi, cadre du même parti politique est attendue ce jeudi, 17 mars.

Dans sa plaidoirie, le ministère public a sollicité du Tribunal de Grande Instance/Gombe, la condamnation à la peine capitale contre le SPA du PPRD pour des reproches soulevées à son encontre.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU