PUBLICITÉ

Lualaba : L’INPP promeut la formation et qualification professionnelle aux employés du secteur privé

En matière de renforcement des capacités, l’Institut National de Préparation Professionnelle (INPP), entend répondre favorablement et promptement aux demandes des entreprises ainsi que de la population. Dans ce cadre, cet établissement promeut un processus permettant de définir des stratégies pour assurer et faciliter au profit des employeurs, un encadrement et un coaching technique de leurs travailleurs.

Dans la province du Lualaba, l’INPP en collaboration avec la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) ont organisé une matinée d’informations sur les atouts dans le domaine de qualification professionnelle.

Cette cérémonie de présentation sur « les apports de l’INPP dans le fonctionnement des entreprises privées et son plan de formation pour l’exercice 2022 » a été présidée par Fifi Masuka Saini Gouverneur ad-interim du Lualaba, et ce, en présence de plusieurs invités et membres de la FEC.

« Je remercie amplement la FEC et l’INPP pour cette initiative utilitaire qui vise non seulement à béatifier une action citoyenne mais aussi à sensibiliser d’une part les entreprises à se prêter à la formation, et d’autre part, à l’INPP de prendre avec plus d’implication sa tâche de formateur », a déclaré l’autorité provinciale.

« Il nous a été parlé du plan de formation 2022. À cette occasion, j’invite toutes les parties prenantes à tenir compte des réalités du terrain. Je vais dire, le Lualaba. La conception des modules ne doit pas être trop savante et écartée de la réalité. Je voudrais par contre, que les réalités du Lualaba, soient l’inspiration des modules de formation », a-t-elle recommandé.

Pour Fifi Masuka, la formation professionnelle fait partie des droits de salariés inscrits au code du travail. « Elle a (la formation professionnelle) un double rôle dans lequel l’état congolais se trouvera toujours gagnant. D’un côté l’entreprise augmente sa compétitivité et de l’autre, les employés seront épanouis et adaptés à l’évolution scientifique et technologique», a martelé Madame le Gouverneur a.i du Lualaba.

« Le travailleur tout au long de sa vie au sein de l’entreprise, est appelé à accroître ses compétences. Ainsi, la formation est le mécanisme indiqué pour ajuster particulièrement les compétences du personnel, et ce, afin de répondre au besoin de la compétitivité », a reconnu pour sa part Padou Kasela Directeur de la FEC/Lualaba.

Et d’ajouter : « La FEC a organisé cette rencontre, afin d’éclairer les entreprises sur le rôle de leur contribution à l’INPP, dans le cadre de la formation professionnelle ».

Pour Joseph Kangudi Directeur de l’INPP/Lualaba, la formation qualifiante qu’offre cet institut, a pour objectif de favoriser l’insertion professionnelle et concerne autant les demandeurs d’emplois que ceux qui se convertissent pour une requalification dans le métier.

« La formation continue est organisée pour les employés avec comme objectif de renforcer et accroître les compétences», a ajouté le DP de l’INPP/Lualaba.

Pour l’année 2022, l’INPP a annoncé que son catalogue de formations continues, est mis à la disposition des entreprises. « Des modules à courte durée y sont proposées aux périodes définies. Ces périodes sont aménageables au regard de la disponibilité des unes et des autres », a indiqué Joseph Kangudi.

Pour Serges Ngama, conseiller technique et représentant du Directeur Général de l’INPP, il a estimé que, le renforcement des capacités techniques et professionnelles, se trouve aujourd’hui au cœur du débat en matière de développement du capital humain comme socle de la croissance et de la lutte contre la pauvreté. « Le nouveau paradigme de l’éducation et de la formation se décline en termes de qualification professionnelle comme gage d’employabilité, d’insertion professionnelle et de création d’emplois», a-t-il prévalu.

« Nous avons les meilleurs techniciens du pays (dans divers domaines) formés par les experts japonais. L’INPP a une réponse pour vos entreprises. Vous avez besoin, nous avons des solutions appropriées», a conclu Serges Ngama conseiller technique et représentant du DG.

Voulant se rendre davantage utile dans le fonctionnement des entreprises privées, l’INPP a annoncé l’existence d’un cadre de concertation avec la FEC. Il s’agira pour cet établissement public de satisfaire aux bisons des formations dans la société congolaise.

Junior Ngandu

- Publicité -

EN CONTINU