PUBLICITÉ

Accord entre la RDC et le groupe Ventora : Dan Gertler s’engage à restituer tous les permis et licences détenus par le groupe GERTLER

La République Démocratique du Congo a signé, jeudi 24 février, un accord à l’amiable avec l’homme d’affaires israélien Dan Gertler, patron du groupe Ventora development mettant ainsi fin au contentieux judiciaire qui les opposait depuis de nombreuses années. A en croire l’exécutif de la RDC, cet arrangement devrait lui permettre de récupérer les blocs et actifs concernés, évalués à près de trois milliards USD. 

Près d’une semaine après, Dan Gertler s’est exprimé au sujet dudit accord. Dans sa réaction , Dan Gertler s’est dit déçu, dévasté et attristé par la manière dont son image a été ternie, allusion fait aux sanctions américaines, lesquelles dit-il « l’ont empêché de faire des affaires en RDC et développer d’actifs vitaux pour l’avenir de l’économie congolaise ».

« J’ai consacré plus de deux décennies de ma vie à la RDC. Tout au long de ma carrière, j’ai toujours cherché à agir dans le respect de la loi et des intérêts du peuple de la RDC. Cependant, ces dernières années, les pointages systématiques et les critiques incessants auxquels j’ai été confronté, avec en point d’orgue les sanctions américaines dévastatrices qui m’ont été imposées et les récentes allégations auxquelles j’ai été confronté, sont devenus intolérables, faisant peser un énorme fardeau sur moi, mes entreprises et surtout ma famille. Je suis dévasté par l’image qui a été créée à mon sujet et je suis profondément attristé par la manière dont j’ai été dépeint. Ces restrictions m’ont empêché de continuer à faire des affaires en RDC. Plus important encore, elles ont empêché le développement d’actifs qui sont vitaux pour l’avenir de l’économie de la RDC », a dit le richissime homme d’affaires israélien.

Pour lui, il n’est ni dans son intérêt, ni dans l’intérêt de congolais, que des actifs tels que les blocs du Lac Albert soient embourbés dans un arbitrage international à perpétuité.

« Permettre que cela se produise serait contraire à ma philosophie de soutien au développement économique de la RDC », a-t-il souligné avant d’ajouter « qu’il était donc vital de trouver une nouvelle façon d’avancer qui libérerait ces actifs vitaux pour être développés, sans les contraintes des tribunaux, et me permettrait de poursuivre des intérêts commerciaux légitimes ».

Néanmoins , Dan Gertler salue cet accord avec le gouvernement de la RDC et remercie le Président Felix Tshisekedi et son équipe pour le travail approfondi et minutieux qui a été réalisé bien que dit-il « cet accord ait un coût personnel considérable ainsi que pour mes intérêts commerciaux ».

Dan Gertler considère cet accord comme la voie à suivre pour permettre au gouvernement d’atteindre ses objectifs et aux deux parties d’avancer de manière constructive et s’engage à cet effet, à restituer tous les permis et licences détenus par sa société.

« Je reste totalement engagé à respecter les procédures de bonne gouvernance d’entreprise qui ont été mises en œuvre et à assurer une surveillance indépendante appropriée de toutes mes activités commerciales, qui seront menées de manière totalement transparente. Cet accord met fin à l’impasse dans laquelle nous nous trouvions et permet d’aller de l’avant. Il soutient directement la stabilité et les réformes économiques initiées par le gouvernement. Je respecte pleinement l’accord et je confirme que tous les permis et licences détenus par le groupe GERTLER seront restitués », a assuré Dan Gertler.

Le gouvernement rassure la publication des clauses de l’accord

Alors que la société civile et quelques ONG de défense des droits de l’homme ont salué cette initiative, elles ont tout de même exigé la publication des clauses de cet accord.

En réponse, le gouvernement a rassuré que les clauses du protocole d’accord signé entre le gouvernement et la partie Dan Gertler sur les carrés miniers et les blocs pétroliers seront bel et bien rendues publiques. Le ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya, l’a annoncé jeudi 3 mars, lors de la conférence de presse conjointement animée à Kinshasa, avec son collègue de la Justice Rose Mutombo et le directeur de cabinet Adjoint du Chef de l’Etat, André Wameso. 

« Nous nous sommes guidés, et cela doit être bien clair, dans le recouvrement des intérêts de la République. Il y a des procédures qui étaient déjà engagées en arbitrage. Vous ne savez pas combien de temps cela aurait pris », a dit patrick Muyaya.

A l’en croire, cet accord doit d’abord être partagé avec le gouvernement américain qui s’est investi dans l’arbitrage entre les deux parties.  

« Ici, nous considérons que nous avons une personne de bonne foi qui est venue discuter avec nous dans la bonne foi. On ne va pas balancer un accord que nous n’avons pas encore partagé avec le gouvernement américain, qui nous a aidé dans le recouvrement des actifs qui sont les nôtres dans sa politique de sanction », a-t-il souligné.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU