PUBLICITÉ

RDC : Devant la Gouverneure de la BCC, l’association congolaise des banques fait l’état de lieu du secteur bancaire en 2021

Tenue le 25 février dernier, l’Association Congolaise des Banques et son nouveau Président Willy Mulamba ont convié la Gouverneure de la Banque Centrale du Congo, Mme Malangu Kabedi Mbuyi, ainsi que ses hauts cadres, à la traditionnelle cérémonie annuelle d’échange de voeux. Une occasion pour l’ACB de faire un état des lieux du secteur bancaire congolais.

Dans son discours, Willy Mulamba a fait savoir d’entrée de jeu qu’en 2021, le secteur bancaire congolais qui se concentre actuellement autour de 15 banques opérationnelles a évolué dans un cadre réglementaire caractérisé par la poursuite des réformes engagées par la Banque centrale en vue de renforcer la surveillance des risques sur le secteur financier.

Parmi les éléments marquant l’évolution du système bancaire en RDC, l’association congolaise des banques cite notamment le relèvement du capital minimum des banques de 30 Millions $US à 50 Millions $US pour le 1er Janvier 2022 ; la décision de la Banque Centrale de modifier l’Instruction n°10 de la BCC qui a permis aux banques commerciales de constituer la réserve obligatoire dans la devise des dépôts en monnaie étrangère ; la mise à jour des instructions en matière de gouvernance et de contrôle interne notamment : l’Instruction n°21 relative au Gouvernement d’entreprise des établissements de crédit et l’Instruction n°17 aux établissements de crédit relative aux règles prudentielles en matière de contrôle interne ; la poursuite de la modernisation du Système National de Paiement ; l’émission des bons du Trésor sur le marché des titres publics bien que notre corporation vous demande avec insistance la mise en place d’un marché des capitaux en RDC qui devrait être doté d’un cadre réglementaire et géré par une agence spécialisé.

Etat des lieux des banques

Dans son discours, le président de l’ACB a noté que concernant la situation des banques, les chiffres provisoires établis par la Banque Centrale du Congo en attendant les comptes audités indiquent :

  • Les dépôts collectés par le secteur bancaire congolais a atteint un volume global de 11 Milliards 109 Millions $US au 31 décembre 2021. Quatre banques ont significativement contribué à la hausse des dépôts collectés.
  • A fin décembre 2021, les crédits bruts à décaissement s’établissent à 4208 Millions $US.
    Le total des bilans congolais s’établit à 14.679 Millions $US au 31 décembre 2021.

Aussi, compte tenu de cette situation, pour l’ACB le secteur bancaire devra être globalement rentable en 2022. « C’est une excellente chose pour le secteur et pour le pays.- Et nous devons en être fier car le secteur financier est le moteur de croissance économique et constitue une des clés de voûte du développement économique et social d’un pays », dit Willy Mulamba.

« Aussi, les banques congolaises sont prêtes à jouer leur rôle de mobilisation de l’épargne en vue de réunir des capitaux nécessaires pour la croissance et le développement.
Mais pour cela, elles doivent compter sur un environnement macroéconomique stable et sur un cadre règlementaire adapté », a ajouté le président de l’association des banques en RDC.

L’ACB estime que le défi majeur est celui de la capacité des banques à rencontrer les critères d’adéquation des fonds propres en vue du renforcement de la couverture de leurs risques.

« Les banques devront concilier le besoin de rentabilité induit par le relèvement du niveau des fonds propres réglementaires (de 30à 50 Millions $US) avec le poids sur la rentabilité de la contraction du produit net bancaire. Résultant de l’application des certaines mesures réglementaires notamment celle sur la gratuité des services bancaires alors que la BCC continue à maintenir les frais de contrôle à leur niveau actuel alors qu’il devraient être réduits. Nous vous demandons d’y réfléchir », explique Willy Mulamba.

Pour ce qui concerne l’importation des billets de banques, « il semblerait qu’une taxe de 20% serait introduite à l’importation alors qu’ils étaient sous la rubrique 49.07 (timbres-poste) à 0% taxe. L’ACB à la BCC d’intervenir pour la faire supprimer. »

Stéphie MUKINZI

- Publicité -

EN CONTINU