PUBLICITÉ

Tshopo: Financés par l’UE, les projets « Forêts » et « Nouveaux Paysages du Congo » mis en difficulté

La mise en œuvre des projets « Forêts » et « Nouveaux Paysages du Congo» se porte mal. La sonnette d’alarme est tirée par le Centre de recherche forestière international (CIFOR) avec son partenaire l’Université de Kisangani (UNIKIS).

En effet, dans un communiqué publié ce lundi 21 février 2022 dont une copie est parvenue à POLITICO.CD, CIFOR a annoncé que ces projets
mis en œuvre dans la province de la Tshopo sont « fortement » perturbés notamment par la saisie jugée « illégale et injustifiée » de la plupart des voitures et d’un groupe électrogène.

Cette situation met en difficulté le fonctionnement des projets Forêts et Nouveaux Paysages du Congo. Tant l’Université de Kisangani que le CIFOR ont, confie le même communiqué, dénoncé « cette irrégularité » auprès de l’Ordonnateur National du Ministère des Finances et du Bailleur des Fonds. « Ces équipements saisis, ont été acquis dans le cadre du projet et sont actuellement propriété du CIFOR. Leur saisie s’opère dans le cadre d’un litige qui n’implique en aucun cas le CIFOR et qui est à la fois inique et illégal, comme déjà reconnu par la juge compètent dans la juridiction de Yangambi, le 8 janvier 2022 », clarifie le centre de recherche forestière international.

Cependant, regrette le CIFOR, en date du 14 février 2022 et contre toute attente, « le greffier a de nouveau procédé à la saisie de deux véhicules du projet ainsi que la saisie d’un groupe électrogène en contradiction flagrante avec le droit et la loi congolaise, causant un fort préjudice à nos actions sur le terrain », poursuit ce document signé, tour à tour, par le Docteur Robert Nasi, Directeur Général de CIFOR et le Recteur de l’UNIKIS, Benoît Dhed’a.

Il convient de noter que les projets Formation Recherche et Environnement dans la province de la Tshopo (FORETS) et
Nouveaux Paysages du Congo (NPC) sont financés par l’Union Européenne et mis en œuvre par le
CIFOR (Centre International pour la Recherche Forestière), ses partenaires internationaux, l’INERA et son Centre de Yangambi et l’Université de Kisangani. Ceci est l’aboutissement d’un travail de coopération pour la recherche, la formation et le développement durable débuté, il y a plus de quinze ans.

Les interventions de CIFOR ont apporté des contributions appréciables aux institutions congolaises, aux étudiants, aux populations locales et au riche patrimoine environnemental de la province de la Tshopo, a-t-on appris. « Plusieurs dizaines de milliers d’emplois équivalents-temps pleins ont été supportés grâce à ces projets et des centaines d’associations et artisans travaillent avec nos équipes pour améliorer leurs revenues », fait savoir ce centre international.

Dans ce même cadre, ajoute le CIFOR, plus de 220 étudiants de master et de doctorat ont été formés par l’UNIKIS à la gestion durable des paysages forestiers et environ 8500 m2 de bâtiments ont été construits ou réhabilités tant à la Faculté des Sciences que à Yangambi, dans la Tshopo.

Serge SINDANI

- Publicité -

EN CONTINU