PUBLICITÉ

Affaire François Beya : Les installations du CNS perquisitionnées pour raisons d’enquêtes

Ce mardi 8 janvier dans la matinée, tous les bureaux du Conseil National de Sécurité (CNS) ont été scellés par l’Agence Nationale de Renseignements (ANR). L’enquête étant en cours, toutes les dispositions ont été prises pour permettre aux membres de la commission spéciale des inspecteurs de l’ANR d’accéder à toutes les informations possibles, apprend-on.

Visiblement, le dossier du Conseiller Spécial du Chef de l’État en matière de sécurité, François Beya aurait été pris au sérieux au regard de faits supposés mis à sa charge.

Déjà, ses téléphones ont été saisis, ainsi que celui de son épouse. L’on apprend que les jours précédents, ses portables étaient coupés.

Pour le moment, aucun motif valable aurait été évoqué officiellement pour l’interpellation du sécurocrate. En revanche, le Coordonnateur de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ), Me Georges Kapiamba qui a rendu visite à François Beya, a fait savoir qu’il lui a été clairement signifié qu’il est «soupçonné d’avoir participé à des réunions mettant en cause la sécurité de l’État».

À l’en croire, François Beya dit n’avoir rien fait, qu’il ne se reproche de rien. Il clame son innocence et attend connaître en détails, les faits qui sont portés contre lui pour lui permettre de mieux se défendre.

François Beya, d’après Me Georges Kapiamba, a été également questionné sur la protection dont bénéficieraient certains opérateurs économiques, dont certains seraient visés par les États-Unis.

« Je les ai encouragés, exhortés à prendre des dispositions pour que son audition par la commission puisse rapidement commencer », a fait savoir son avocat Georges Kapiamba.

Entre-temps, François Beya, Conseiller Spécial du Président de la République en matière de sécurité continue à passer nuit dans les locaux de l’Agence Nationale de Renseignements (ANR).

Christian Okende

- Publicité -

EN CONTINU