PUBLICITÉ

Tshopo : Une société chinoise sommée d’arrêter ses activités pour « exploitation illicite de l’or »

Une entreprise chinoise accusée d’exploitation illicite d’or dans la province de la Tshopo est sommée de suspendre ses activités, sur une décision de la ministre des Mines, renforcée par celle de la vice-Première ministre en charge de l’Environnement et développement durable, Eve Bazaiba.

La vice-Première ministre Bazaiba qui l’a indiqué à son retour samedi, à Kinshasa, à l’issue d’une mission d’une dizaine de jours, dans la province de la Tshopo, a précisé que cette entreprise s’était lancée depuis janvier 2021 à une exploitation de l’or, alors qu’elle n’avait qu’un permis de recherche et non d’exploitation.

Cette entreprise chinoise a également été sommée de déplacer ses engins d’exploitation vers le chef-lieu de la province, Kisangani, de payer des amendes transactionnelles et d’indemniser les populations victimes de cette exploitation illicite en raison notamment des dégâts causés sur l’environnement avec pour conséquences la rareté des poissons impactant sur la vie socio-économique des populations pour lesquelles la pêche et l’agriculture sont des activités vitales.

La vice-Première ministre Bazaiba a également décidé de la suspension de certains exploitants forestiers qui opèrent au-delà de concessions d’exploitation qui leur ont été octroyées, au mépris des plans d’aménagement.

Elle a aussi stigmatisé le dragage des eaux de la rivière Arwimi par les Chinois qui utilisent des dragues robotisées, posant de sérieux problèmes de navigation. Une situation qui, selon la vice-Premiere ministre, créé des remous et des mécontentements et surtout des conflits auprès de populations.

La vice-Première ministre Bazaiba a aussi évoquée la problématique de la pollution de la rivière Arwimi à la suite d’une exploitation minière illicite.

A en croire Mme la vice-Première ministre, les officiers de la police et de l’armée, les responsables des services publics et les autorités politico-administratives ont été instruits pour que chacun dans sa sphère puissent exécuter ces décisions.

Stéphie MUKINZI & ACP

- Publicité -

EN CONTINU