PUBLICITÉ

RDC : LUCHA, FILIMBI et NDSCI exigent la tenue des élections des gouverneurs avant le début du projet de développement à la base

À la commission électorale nationale indépendante (CENI), l’organisation imminente des élections des nouveaux gouverneurs dans les 14 provinces congolaises à problème ne serait plus à l’ordre du jour. Ces échéances ont été initialement prévues le 03 décembre dernier par l’ancien bureau de la CENI. Mais pour des « raisons administratives », le vice-premier ministre de l’intérieur a demandé de décaler de 30 jours cette élection sur instruction notamment du premier ministre. Aujourd’hui, la classe politique congolaise s’attache ailleurs.

Dans une déclaration conjointe faite jeudi 27 janvier 2022 à Kisangani, dont une copie est parvenue à POLITICO.CD, les mouvements citoyens LUCHA, FILIMBI et la nouvelle dynamique de la société civile de la Tshopo (NDSCI) ont levé les voix pour exiger l’organisation imminente des élections des nouveaux gouverneurs et leurs vices dans les provinces concernées.

- Publicité-

Dénonçant plusieurs scandales de corruption et de détournements ayant caractérisés, selon ces structures citoyennes, la gestion opaque des précédents projets à l’instar du projet Tshileleju et Kinshasa zéro trou, LUCHA, FILIMBI et NDSCI augurent qu’il est impérieux de tirer l’attention du président Tshisekedi sur les préconditions nécessaires à la réussite du projet de développement local de 145 territoires. Une initiative, font savoir les mouvements citoyens, susceptible « de bifurquer la territoriale vers les perspectives meilleures ».

« Il importe de souligner que dans les 14 sur 26 provinces où le projet de développement de 145 territoires sera implémenté, les gouvernements provinciaux ont été éjectés par des motions de censure. Ces provinces sont actuellement gérées par des gouverneurs intérimaires dont les compétences légales sont essentiellement limitées à l’expédition des affaires courantes. Les provinces sombrent dans un sous-développement sans précédent car les gouverneurs intérimaires en profitent au maximum pour saigner à blanc les finances publiques de l’État », ont déclaré LUCHA, FILIMBI et NDSCI.

Ainsi, au regard de ce tableau noir peint sur les provinces à problème, et se disant soucieux du développement de la République Démocratique du Congo, LUCHA, FILIMBI et NDSCI ont exigé :

  • au Président de la République, d’instruire le gouvernement et la CENI, chacun en ce qui le concerne, d’organiser les élections imminentes des gouverneurs des provinces,
  • à la CENI, la publication du nouveau calendrier aménagé endéans 10 jours à dater du jeudi 27 janvier.

« L’organisation des élections des gouverneurs ne coûtent pas assez. C’est une question de volonté politique. Et d’ailleurs, seules les cautions déjà déposées par certains candidats suffisent pour l’organisation de ces élections », ont lâché ces structures non partisanes et non violentes.

Dans cette même perspective, LUCHA, FILIMBI et NDSCI promettent mobiliser les populations pour une campagne des actions citoyennes de grande envergure jusqu’à obtenir la tenue de ces élections. Ces mouvements ont appelé de « rester aux aguets pour répondre au mot d’ordre qui pourrait être lancé au moment opportun ».

Serge SINDANI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

EN CONTINU