PUBLICITÉ

RDC : Patrick Muyaya préconise la création d’un ordre national des journalistes congolais

Dans son mot à l’ouverture des travaux des états généraux de la communication et médias en République démocratique du Congo, mardi à Kempinsky-Fleuve Congo hôtel, le ministre de la Communication et medias, Patrick Muyaya a encouragé la création rapide d’un Conseil national ou d’un Ordre des journalistes en RDC en vue d’organiser le secteur de la manière à mettre fin à ce qu’il appel « festival d’autoproclamation des journalistes » dans le pays.

Cette action, estime-t-il, passera mieux par la redynamisation de medias publics du pays.

Le ministre Muyaya s’est dit compté sur le Parlement congolais en ce qui concerne le traitement des propositions des lois qui sortiront de ces assises pour permettre une mise en application rapide de celles-ci afin d’un assainissement censé du secteur de medias qui rassure l’amélioration du travail des journalistes congolais.

Il s’est, par ailleurs, plaint de la grande problématique de l’identification et du dénombrement de medias qui exercent en RDC qui, pour lui, est un grand défi dont doit relever son ministère qui se trouve actuellement face à l’avènement de medias en ligne.

Insistant ainsi, sur la nécessité, pour chaque professionnel de médias de se remettre en question en vue de sécuriser le métier, le ministre Muyaya a salué l’engagement dont fait montre les professionnels de medias en RDC pour servir au public des informations fouillées et rappelle à chacun que la liberté de la presse n’est pas un libertinage.

«Les travaux qui s’ouvrent en ce jour, se veut essentiellement une voie pour baliser la route et assurer l’avenir de la profession de journaliste. Pendant ces trois jours de travail, nous allons longuement revoir les lois sur l’exercice du métier de journaliste en RDC et jeter des nouvelles bases dans l’exercice de ce métier », a indiqué le ministre de la Communication et médias

Il a précisé, en même temps, que l’actualisation et la mise en cohérence des textes légaux et réglementaires, engagent des réformes profondes en vue d‘assainir l’espace médiatique et l’égaler aux impératifs de l’adaptation technologique.

«Nous voulons nous interroger sur ce que nous sommes devenus à ce temps du numérique et ce que peut être notre apport de relever les défis du développement durable dans un pays présenté comme solution, cette question de refondation a porté sur la viabilité et fiabilité des médias pour consolider une affaire des entités fortes, respectant l’éthique et déontologie ainsi qu’indépendants», a-t-il souligné.

Stéphie MUKINZI & ACP

- Publicité -

EN CONTINU