PUBLICITÉ

RDC/Beni : Mumbere Ushindi, militant de Lucha tué par balle lors de la répression policière

Des membres de groupes de pression dont le mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA) ont marché, ce lundi 24 janvier, pour réclamer la levée de l’état de siège au Nord-Kivu, décrété par le Chef de l’État depuis mai 2021.

Cette mesure est jugée « inefficace » par ces derniers car, déplorent-ils, « non seulement les tueries de civils se sont poursuivies mais elles se sont poursuivies au même rythme qu’avant l’état de siège ».

La manifestation pacifique s’est transformée en échauffourées opposant, en effet, les forces de sécurité congolaises aux manifestants de la ville de Beni. Des tirs à balle réelle et à gaz lacrymogènes ont été mis à contribution afin de contenir les manifestants, mais sans succès. Des manifestants ont riposté par des jets des pierres contre les FARDC et la police.

Selon plusieurs sources, un jeune militant de la Lucha, Mumbere Ushindi, a été abattu par la police nationale congolaise et quelques jeunes ont été interpellés.

« Mumbere Ushindi Dorake (22 ans) a été touché par une balle policière lors des altercations entre les policiers et les militants au quartier Kanzulinzuli », indique une source locale.

C’est le troisième cas de meurtre par balle d’un militant de Lucha à Beni lors d’une manifestation liée à la situation sécuritaire.

Ces dernières semaines, l’insécurité se porte bien. De plus en plus, des voix s’élèvent pour décrier l’insécurité à Goma et ses alentours.

En réalité, les effets de cette mesure n’ont pas été ceux qui étaient attendus. Deux corps sans vie ont été retrouvés mercredi 19 janvier matin dans la ville de Goma. Deux autres ont été découverts, presque dans les circonstances identiques dimanche et lundi. Et ce, en plein état de siège.

Pour l’instant, la ville reste quadrillée par les forces de sécurité. Les unités de la police sillonnent les quartiers, a appris POLITICO.CD.

Dominique Malala

- Publicité -

EN CONTINU