PUBLICITÉ

RDC/Crise à l’UDPS: Jean-Marc Kabund convoqué par la commission nationale de discipline du parti

Plus rien ne va pour Jean-Marc Kabund à l’UDPS. Après la série des déclarations de désaveu faites par les différents cadres et fédérations du parti, le président intérimaire de l’UDPS et premier vice-président de l’assemblée nationale a été convoqué par la commission nationale de discipline de son parti jeudi 27 janvier prochain.

Dans sa convocation, le bureau de la commission nationale de discipline (CND) de l’UDPS colle à Jean-Marc Kabund plusieurs dérapages.

En date du O8 Mars 2019, la CND affirme que JM Kabund s’est présenté à Kingakati et s’est autoproclamé informateurs en foi de quoi Il signa le communiqué conjoint FCC-CACH avec Néhémie Mwilanya Wilondja, accordant la majorité au FCC qui n’était ni un regroupement ni un parti politique reconnu par la CENI.

Et de ce fait argumente la commission de discipline, « il empêcha le Président de la République nouvellement investi d’appliquer l’article 78 alinéa 3 de la Constitution ».

Pour cette raison, la CND considère l’agissement du président a.i de l’UDPS comme une « supercherie » entraînant le manquement grave à l’article 65 alinéa 10 des Statuts de l’UDPS/TSHISEKEDI et est à la base de la crise Institutionnelle que le Président de la République a dénoncée en Octobre 2020.

Outre ce dérapage, la commission nationale de discipline du parti au pouvoir renseigne qu’en date du 28 Mai 2019, alors JM Kabund était invité avec les autres membres du directoire pour tenir la première séance du travail à la permanence du Parti appelé « Le Peuple d’Abord » il réquisitionna méticuleusement les forces de l’ordre qui s’attaquèrent aux membres du Directoire ainsi qu’à tous les membres du parti qui les accompagnaient causant ainsi de très graves dégâts matériels et humains.

Autre grief, le Bureau de la CND épingle que depuis le 17 janvier 2019 jusqu’à ce jour, Kabund a pris des décisions anti-statutaires, illégales et anarchiques.

« Nous trouvons en lui un véritable délinquant politique et un récidiviste avéré et non un homme d’Etat, et encore moins un haut cadre du Parti qui prône les valeurs comme l’UDPS. Ce comportement viole l’article 2 du Code d’Ethique des membres du Parti, l’article 10 alinéa 5 et l’article 65 alinéas 3 et 5 des Statuts du Parti, poursuit document », déclare cette commission.

À ces griefs, la commission nationale de discipline de l’union pour la démocratie et le Progrès Social est également revenue sur le récent incident entre la police commise à la sécurité de Kabund et la garde républicaine (GR) survenu le 12 janvier dernier. La commission affirme que Kabund n’était pas à sa première agression contre la même garde républicaine.

« Ses actes malveillants envers le Chef de l’Etat sont certainement prémédités », renchérit la commission.

Dans ce même chapitre, la deuxième personnalité du parti, en la personne du secrétaire général a.i Augustin Kabuya a présidé à ce jour une réunion dite de « Crise ». Aucune communication officielle n’a été faite à ce sujet car dit-il « la primeur est réservée à la hiérarchie », maintenant ainsi le suspense sur le sort de Jean-Marc Kabund a Kabund.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU