PUBLICITÉ

RDC/Ituri : le bilan de l’attaque de la CODECO à Kipira s’alourdit, d’1 à 6 morts et 50 personnes disparues

Le bilan de l’attaque du jeudi 13 janvier dernier des miliciens de la CODECO au village Kipira du groupement Angal, dans le territoire de Mahagi, s’est alourdi. Il passe d’un à six civils tués et cinquante autres personnes sont portées disparues, d’après ce que rapporte des sources sécuritaires ce samedi 15 janvier dernier.

À cet effet, le caucus des élus provinciaux de Mahagi demande l’implication des autorités pour le rétablissement de la paix dans ce coin.

« On en a marre. Tous les jours on tue les pauvres innocents. Des gens qui n’ont rien qui sont démunis. Nous demandons aux autorités qu’ils puissent s’impliquer pour que la paix revienne », a souligné Martin Olowa, président du caucus des députés provinciaux de Mahagi.

Patrice Ufoyuru, un membre de la société civile locale a fait savoir que la résurgence des attaques de la milice CODECO dans le territoire de Mahagi a débuté depuis le mois de décembre 2021. Et cela, juste après l’interpellation par les services de sécurité, d’un des leaders de la CODECO.

Depuis, les miliciens de la CODECO ont intensifié des attaques, ciblant des civils notamment les positions de l’armée, dans les entités se trouvant à la frontière avec le territoire voisin de Djugu. De nombreuses maisons ont également été incendiées et des populations obligées de se déplacer.

« Plus de six personnes tuées. La situation est vraiment très volatile. Nous demandons que l’autorité de l’Etat soit rétablie. Et l’autorité coutumière doit rentrer dans son entité », a-t-il expliqué.

Le communicateur de la Task Force pour la paix, Pitchou Iribi, dépêché par le chef de l’État en Ituri afin de contraindre les groupes armés à déposer les armes et à rejoindre le processus de PDDRC-S, renseigne que les communautés issues des différentes associations veulent tous la réussite de ce processus.

« Nous avons commencé déjà un début de confiance avec les groupes armés. Avec CODECO c’était déjà depuis Kinshasa, la stratégie appropriée, nous allons l’adapter à chaque groupe armé. Depuis que nous sommes là il y a à peine deux semaines. Nous avions commencé par organiser un culte œcuménique où nous avions lancé des messages de paix. Nous avions aussi reçu les communautés issues des différentes associations. Nous avions discuté avec elles, et voilà il y a une constance : tout le monde est fatigué, tout le monde veut que ce processus soit couronné de succès ».

Avant de poursuivre : « C’est regrettable que les gens continuent à mourir. Un cas de mort de plus, est un mort de trop. Nous le condamnons et nous demandons à la CODECO de cesser de s’en prendre à la population et même aux forces de sécurité », a précisé Pitchou Iribi ce vendredi 15 janvier dernier à Radio Okapi.

Il souligne, par ailleurs, que si les miliciens de la CODECO ont des revendications, qu’ils les présentent à la Task Force puisqu’ils sont déjà sur le lieu.

Christian Malele

- Publicité -

EN CONTINU