l'info en continu

RDC: « Guylain Nyembo instaure un système parallèle de gestion des affaires de l’État » (James Lusa)

- Publicité-

L’Analyste politique et chercheur indépendant en sciences politiques et administratives, James Lusa Kabwe, estime que le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, Guylain Nyembo, « instaure un système parallèle de gestion des affaires de l’État ». Il l’a fait savoir, ce lundi 10 janvier, à travers un communiqué transmis à POLITICO.CD.

« Alors que les rideaux viennent de tomber sur le séjour du Chef de l’État dans la région du Grand Kasaï et qu’il apparaît au grand jour l’effacement du Gouvernement de la République au profit d’un groupe des personnes qui monte en puissance au sein même du cabinet du Président de la République, des signes qui ne trompent pas indiquent que le Directeur de Cabinet Guylain Nyembo Mbwinza instaure un système parallèle de gestion des affaires de l’État en prenant lui-même plus des proportions qu’il n’en convient pour un Directeur de Cabinet », a indiqué James Lusa.

- Publicité-

Pour s’en convaincre utilement, poursuit-il, inutile d’aller plus loin que de scruter les récents événements illustratifs :

  1. Le dossier Tenke Fungurume Mining et l’affaire China Molybdenum ;
  2. La création en son nom propre d’une dynamique appelée DYNAMIQUE GUYLAIN NYEMBO lancée dans le Tanganyika ;
  3. Le rejet par l’UDPS, parti politique du Chef de l’État.

Dans son développement, James Kabwe s’interroge au sujet de l’actuel Directeur de cabine de Félix Tshisekedi : « Kamerhe bis ? »

« Depuis le Président Joseph Kasavubu, l’histoire politique congolaise démontre que les directeurs de cabinet du Chef de l’État sont des personnages administratifs effacés et voués à la gestion des dossiers pour la personne du Président de la République. Rarement dans l’histoire, on a vu un directeur de cabinet sortir de ses gonds et les quelques fois que cela arriva, malheur s’en suivit. Le cas des scandales de Barthélemy Bisengimana Rwema avec l’attribution collective de la nationalité à des sujets rwandais, Evariste Boshab et l’affaire SNEL, Vital Kamerhe et son cortège d’affaires dont le procès 100 jours de triste mémoire », cite cet analyste politique.

Pour James Kabwe, si l’avènement de Guylain Nyembo devait susciter l’espoir, aujourd’hui cela semble difficile à croire avec plusieurs dérives de certains collaborateurs qu’il devrait gérer. « Les déboires de certains projets gérés à partir de la Présidence de la République comme le Programme TSHILEJELU qui peine à donner les résultats escomptés sur terrain devrait laisser plus des marges de manœuvres au Gouvernement », souligne-t-il.

Aujourd’hui, analyse M. Kabwe, il n’en demeure pas moins vrai que l’allure que prennent certaines choses démontrent que le Cabinet que gère Guylain Nyembo veut prendre plus de proportions au point de gêner certains partenaires politiques du Chef de l’État par une indélicatesse en passe de devenir un sacrilège envers le Gouvernement de la République dont les attributions sont désormais piétinées.

« Le ton qui ressort de la lettre adressée par le Directeur de cabinet Guylain NYEMBO au DG de la CMOC, lettre dont une copie est adressée au ministre des finances mis en garde de ne pas oser se mêler du dossier GCM-TFM-CMOC sur les paiements des redevances dues à la GCM démontre à suffisance combien l’homme est en voie de se considérer soit comme l’égal ou au-dessus même des membres du Gouvernement et en l’occurrence du Ministre des finances. Quoi de plus normal que d’autres conseillers zélés suivent son rythme à ce jour ? », avance James Lusa Kabwe.

La Dynamique Guylain Nyembo DGN, en sigle, une ambition politique qui gêne.

M. James Kabwe soutient que ce sont les fils et filles du Tanganyika qui dénoncent à travers une déclaration, l’envahissement du Directeur de cabinet apparemment en quête d’identité ou d’assise dans la communauté Hemba.

« Une dynamique Guylain NYEMBO voit en effet le jour et se propage à travers tous les territoires du Tanganyika, gênant au passage même l’UDPS qui ne sait plus sur quel pied danser et s’étonne des ambitions inavouées mais démesurées du DIRCAB du Chef […] que cherche à faire Guylain Nyembo ? Se construire un leadership dans la région du Grand Katanga oùil est inconnu ? », s’interroge M. Lusa.

Et de poursuivre : « concurrencer ou tuer l’UDPS dans le Tanganyika ? Oublie-t-il que quiconque roule contre l’UDPS roule contre le Chef de l’État et crache sur la mémoire du Dr Etienne Tshisekedi d’heureuse mémoire ? »

La récente déclaration des groupes influents des jeunes de l’UDPS à kinshasa, renseigne James Lusa, démontre qu’il est temps pour le Chef de l’État de remettre Guylain Nyembo à la place de Directeur de cabinet, celui d’un administratif discret et pas celui d’un homme politique qui veut même gérer les partenaires politiques du Chef de l’État.

Hervé Pedro

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU