l'info en continu

RDC: Lumanu, cet ultrakabiliste qui fait allégeance à Tshisekedi au grand jour

- Publicité-

Le navire Front Commun pour le Congo de l’ancien président de la République Démocratique du Congo Joseph Kabila s’enfonce davantage. Après la première vague des départs massifs enregistrés dans cette plateforme politique à l’issue des consultations politiques initiées par Félix Tshisekedi il y a quelques mois à la suite des divergences observées au sein de la coalition (FCC-CACH) qu’il formait avec son prédécesseur, le FCC continue de se vider de sa substance.

En effet, en moins d’un mois seulement, la plateforme de Joseph Kabila a perdu trois de ses hauts cadres. Il s’agit notamment de Didi Manara Linga qui a été suspendu pour avoir flirté avec l’Union sacrée à l’insu et à l’encontre du mot d’ordre de son parti politique ( PPRD), lequel interdisait à tout ses membres de rejoindre le bureau de la commission électorale nationale indépendante (CENI) pour des raisons de manque de consensus.

- Publicité-

Le deuxième départ et pas le moindre, est celui de Théophile Mbemba, l’un de co-fondateur du PPRD. L’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU) a officiellement quitté le PPRD, parti politique de Joseph Kabila dont il est co-fondateur et crée son propre parti dénommé « Alliance pour l’Alternance et le Progrès ».

A l’en croire c’est dans le but de faire la politique autrement et dans l’espoir de gouverner autrement qu’il décidé de créer son parti reconnu officiellement depuis le 24 décembre 2021.

« […] Ce n’est pas un parti de trop. Mais, nous voulons dire la vérité à notre population, mobiliser les compatriotes de bonne volonté qui sont interpellés par les antivaleurs qui ruinent notre société, interpeller la jeunesse ainsi que l’élite de pouvoir s’engager pour conduire notre pays vers sa destinée de dignité et de grandeur », a-t-il déclaré.

Le troisième départ mais, en tout cas pas encore « assumé » est celui de Adolphe Lumanu, très proche collaborateur de l’ancien président de la République Joseph Kabila et haut cadre du PPRD.

Sous la présidence Kabila, Adolphe Lumanu a occupé les postes de vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Aménagement du Territoire du 11 septembre 2011 à février 2012, ministre de l’Intérieur et sécurité du 19 février 2010 au 11 septembre 2011, ministre des Relations avec le Parlement du 25 novembre 2007 au 31 janvier 2009. Il est en même temps Rapporteur de l’Alliance de la Majorité Présidentielle (AMP) et Directeur de Cabinet du Président de la République du 31 janvier 2009 au 19 février 2010.

Lumanu, considéré parmi les hommes de première heure et du cercle très fermé de Joseph Kabila a subitement changé de cap à la surprise générale. Profitant de la tournée du président de la République Félix Tshisekedi, notamment à Kabinda dans la province Lomami, l’homme a déclaré sa flamme à l’union sacrée de la nation.

A l’instar de Lambert Mende, Adolphe Lumanu a mobilisé dans son fief pour réserver au président Tshisekedi un accueil chaleureux. Pour lui, « le président de la République c’est le président de tout le monde ».

« Que vous l’aimiez, que vous ne l’aimiez pas, c’est le président de tout le monde. Que ceux qui l’ont élu et ceux qui ne l’ont pas élu, sachent que c’est leur président. Et moi personnellement, c’est mon président. Il n’y en a pas deux, je le dis et je le redis », a-t-il affirmé Adolphe Lumanu présent à Kabinda (Haut Lomami), à l’accueil du président Tshisekedi.

Adolphe Lumanu explique que « nous estimons ne pas avoir traversé pour se blanchir, pour oublier ce que nous avons fait ensemble. Si le pays a été détruit, nous l’avons fait ensemble. S’il faut construire ce pays, nous devons le construire ensemble. Mais nous voulons le faire derrière le président de la République ».

Interrogé sur sa motivation à adhérer à l’union sacrée de la nation, Adolphe Lumanu a relevé que c’est pour accompagner le président Tshisekedi à matérialiser sa vision et ainsi répondre aux aspirations et attentes du peuple congolais.

« Le Président de la République n’a pas créé un nouveau parti politique ni une nouvelle plateforme politique. Je ne connais pas la charte de l’Union sacrée, je ne l’ai jamais vue. Je ne connais pas encore le projet. Le président de la République a dit qu’il a une vision pour l’intégrité du territoire national, il nous en a parlé : la sécurité à l’Est du pays. Il a une vision sur le développement des entités de base en commençant par les territoires, en passant par les villes et l’ensemble de la République. Qui peut ne pas soutenir cette vision ? Si vous ne la soutenez pas, ce que vous êtes à la fois contre les aspirations et les attentes de votre peuple », a-t-il martelé.

Il sied de rappeler que c’est depuis le vendredi dernier que le Chef de l’État, Félix Tshisekedi a lancé une tournée dans l’Espace Grand Kasaï.

Carmel NDEO

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU