l'info en continu

RDC: Suite à « la hausse vertigineuse des prix des produits vivriers», le SDTC annonce un programme agricole au profit des fonctionnaires

- Publicité-

Suite à la hausse vertigineuse des prix des produits vivriers sur le marché public, les fonctionnaires de l’État peinent à nouer les deux bouts du mois avec leur salaire, malgré l’arrivée des chinchards de Namibie achetés par le gouvernement en marge des festivités de fin de l’année.

De ce fait, dans le but de permettre aux fonctionnaires de l’État de bien assurer leur alimentation, le syndicat du développement des travailleurs du Congo (SDTC), a annoncé au cours d’une conférence de presse tenue ce mardi 28 décembre 2021 à Kinshasa, la mise en place d’un programme agricole au profit de tous les fonctionnaires de la RDC.

- Publicité-

Il s’agit de la coopérative ouvrière, paysanne, des agents fonctionnaires et cadres de l’État de production, de transformation de commercialisation et de consommation des produits agricoles des villages à fonctions multiples de syndicat de développement des travailleurs du Congo (COUPAFOM).

Cette initiative intervient d’après les responsables de ce syndicat, après avoir constaté que les fonctionnaires de l’État et certains travailleurs en RDC « sont des gagne-petits », dont le salaire alloué à ces derniers ne leur permet pas de nouer les deux bouts du mois.

C’est dans cette optique que le SDTC a annoncé la mise en place de son programme économique pour soutenir les fonctionnaires de l’État sur le plan alimentaire, afin de permettre au fonctionnaires congolais d’acheter à bas prix les produits agricoles.

D’après Théodore Mudikongo, Secrétaire général du SDTC, il est possible de parler de l’émergence en RDC dès janvier 2022, et cela passe par la facilitation des conditions de vie des fonctionnaires de l’État.

« La diaspora, pendant les journées de solidarité qu’elle organise, a proposé à l’état que l’émergence se fasse entre 2027 et 20230. Mais le syndicat du développement propose que l’émergence commence dès janvier 2022. Quand on parle de l’émergence, il y a beaucoup de facteurs qui interviennent, il faut voir le budget dans son ensemble. Mais, le syndicat vous dit qu’il est possible que l’émergence vienne vite», a-t-il argué.

Et de renchérir : « Quand nous prenons l’aspect social, c’est volumineux comme action à entreprendre. Mais, le syndicat simplifie la chose, en disant que si nous arrivons à gagner l’indépendance du ventre, si nous arrivons à faire manger les fonctionnaires avec le sac de manioc à 80.000 FC, il saura nouer les deux bouts du mois rien qu’avec même les légumes verts. Alors si cela est possible et réalisable, pour le syndicat nous disons que dans un coin où ça peut se réaliser, on peut déjà parler de l’émergence », a expliqué Théodore Mudikongo.

Le Secrétaire général du SDTC a estimé que la présence de près de 16 millions des congolais à l’étranger, constitue une opportunité très importante. En outre, il a soutenu que l’exportation des produits agricoles à l’étranger permettra également de vendre la culture congolaise.

« Vous savez que notre pays n’exporte rien, mais avec la diaspora nous avons 16 millions de congolais à l’étranger. Ce qui manque, c’est la certification des productions au niveau de l’OCC et du ministère de la santé pour vérifier que chaque lot qui sort du pays soit propre à la consommation. On a pris les démarches, les choses sont déjà faites là-bas. Nous sommes en mesure d’exporter, et la coopérative est en mesure d’exporter en premier temps les légumes et produits agricoles (huile de palme, cacao, café etc.) Mais présentement, la coopérative va prendre toutes ses dispositions pour expédier les légumes en Europe afin de nourrir les 16 millions de congolais qui sont dans la diaspora. En mangeant nos propres légumes, ils vont donner de la valeur à notre culture maraîchère ou vivrière. Si une fois cela fait, c’est déjà de l’émergence. Donc, nous ne pouvons pas attendre 2030 », a-t-il lancé.

Il sied de noter que l’axe principal de ce programme alimentaire est la modernisation des villages, créer des petites entreprises ainsi que des emplois dans la lutte contre l’exode urbain.

Bernard Mpoyi

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU