l'info en continu

Kinshasa : Interdite par Gentiny Ngobila, la marche du CLC dispersée par la police

- Publicité-

La marche du Comité Laïc de Coordination (CLC) prévue ce mercredi 22 décembre 2021 n’a pu se ternir. Quelques manifestants qui ont tenté de braver l’interdiction de l’hôtel de ville de Kinshasa, ont été dispersés par les éléments des forces de l’ordre au quartier Camp Luka, dans la commune de Ngaliema.

La marche projetée ce jour par le CLC, avait pour but de protester notamment contre la taxe RAM (Registre sur l’appareil mobile). Cependant, cette activité n’a pas obtenu le quitus du Gouverneur de la ville de Kinshasa. Gentiny Ngobila, qui s’est abstenu d’en prendre acte.

- Publicité-

« J’accuse réception de votre lettre portant référence Cic/007/12/JOK/21 du 16 décembre 2021, par laquelle vous m’informez de l’organisation d’une marche pacifique en date du 22 décembre 2021, et vous en remercie. À ce propos, considérant d’une part, que l’Assemblée Nationale a déjà vidé la question RAM notamment en recommandant au Gouvernement sa suppression pour certains appareils téléphoniques bien spécifiés et d’autre part, le risque de favoriser la propagation massive de la Covid-19, je ne saurai prendre acte de votre organisation qui du reste, est susceptible de perturber l’ordre public », a répondu le Chef de l’exécutif provincial de Kinshasa au CLC.

Par ailleurs, le Gouverneur Gentiny Ngobila, a chargé le Commissaire Provincial de la Police Nationale Congolaise/Ville de Kinshasa ainsi que les Bourgmestres des Communes concernées, à veiller sur l’exécution de la décision interdisant la marche du Comité Laïc de Coordination.

Pour rappel, le Comité Laïc de Coordination avait saisi l’hôtel de ville de Kinshasa en date du 16 décembre 2021, pour l’informer de l’organisation de sa marche prévue ce 22 décembre, qui vise à exiger la dépolitisation de la Commission Électorale Nationale indépendante (CENI) et la suppression immédiate des prélèvements de la taxe RAM. Auprès de l’Autorité Provinciale, les organisateurs avaient sollicité d’instruire les forces de l’ordre afin d’encadrer et de sécuriser cette marche citoyenne s’inscrivant dans le cadre de « l’exercice normal des droits et libertés fondamentaux garantis par la Constitution de la RDC».

Junior Ngandu

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU