l'info en continu

Kinshasa : Sesanga dénonce une « dictature à outrance » visant à empêcher les élus à défendre la population

- Publicité-

Le député national, Delly Sesanga n’entend pas faire marche-arrière dans sa nouvelle lutte précédemment annoncée à travers une radio de la place où il avait fait savoir qu’il n’appartient plus de l’Union Sacrée de la Nation. Malgré la polémique qui s’est installée dans la scène politique à la suite du débat à l’hémicycle de l’Assemblée nationale avec Christophe Mboso N’kodia, ce dimanche 19 décembre, il a tenu un meeting au quartier Camp Luka situé dans la commune de Ngaliema.

Interdit par l’hôtel de Ville de tenir son meeting populaire précédemment, Delly Sesanga a, cette fois-ci, fixé l’opinion sur la gouvernance du pays, la taxe RAM ainsi que les élections qui se pointent à l’horizon de 2023.

- Publicité-

Devant la population de ce coin de la ville de Kinshasa, Sesanga a laissé entendre qu’ils veulent faire de Camp Luka leur propriété privée, mais, estime-t-il, ils n’ont rien fait ici.

« Je viens de Camp Luka, il n’y a ni route, ni pont, moins encore un semblant de développement. Construisez des infrastructures si vous voulez en faire votre propriété privée », a-t-il déclaré.

De ce fait, il a dénoncé une « dictature à outrance » qui, selon lui, s’installe pour empêcher les députés nationaux de défendre la population congolaise.

« Quand nous disons non au dépassement budgétaire, on nous coupe la parole. Nous devons être unis pour le développement de notre pays. Nous refusons la dictature. Aujourd’hui pour faire un meeting dans la tranquillité, il faut être de l’Union Sacrée. À Kinshasa, nous n’accepterons jamais cette forme de dictature. Ce pays nous appartient », a-t-il dénoncé.

Parlant de la taxe RAM, Delly Sesanga a rappelé le caractère illégal de cette taxe et dénonce le « sadisme » du pouvoir qui continue à piller la population par le prélèvement RAM dont, indique-t-il, le Parlement n’arrive pas à retracer dans la loi des finances.

« Quand nous voulons parler de RAM à l’Assemblée nationale, ils refusent. Où part l’argent récolté sans se soucier de la population ? Le Président Tshisekedi, on vous ment. Camp Luka n’est pas acquis par votre famille politique. La vérité doit se savoir, la population de Camp Luka souffre terriblement », a-t-il martelé.

Delly Sesanga a fait savoir que la classe politique majoritairement l’union sacrée induit le Chef de l’État, Félix Tshisekedi vers l’échec. À cet effet, il en appelle la population de récupérer son pouvoir en 2023 et l’invite à l’unité pour le développement de la RDC.

Rappelons par ailleurs que le Président du parti « Envol », Delly Sesanga, élu de Luiza dans le Kasaï-Central, ne cache plus son indignation face aux mauvaises pratiques reprochées à Joseph Kabila par l’opposition, qui, d’après lui, ont refait surface. C’est la raison pour laquelle l’homme a quitté l’Union Sacrée.

Il dit toujours être parmi les députés qui ont lutté pour la mise en place de la loi sur l’Opposition et lutté pour qu’il y ait évidemment débat au sein de l’Assemblée nationale. Mais, regrette-t-il, aujourd’hui, l’habitude des motions incidentielles qu’ils ont dénoncées à la Chambre Basse du Parlement réapparaît avec force.

Christian Okende

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU