RDC : « Le pays va mal, c’est une évidence » (Néhémie Mwilanya)

- Publicité-

La République démocratique du Congo ne se porte pas bien ! C’est en tout cas ce qu’affrime le dernier directeur de cabinet de l’ancien Président de la RDC, Joseph Kabila. Néhémie Mwilanya, député national, ancien pièce maîtresse du FCC – famille politique de Joseph Kabila – prend pour exemple, la « véritable fracture » qui existe entre la « situation que Joseph Kabila a laissé le 24 janvier 2019 sur tous les plans ».

« Le pays va mal, c’est une évidence. Si l’on prend la situation que JK a laissée le 24 janvier 2019, sur tous les plans, qu’il s’agisse de la politique, de l’économie ou du social, on constate qu’il y a une véritable fracture. Dun côté il y a le peuple et de l’autre, le pouvoir », regrette-t-il.

Pour ce cacique de l’ancien régime de Joseph Kabila, l’administration Tshisekedi « bénéficie des réformes » déclenchées pendant leur règne. Pour ce qui est du budget national évalué à 11 milliards USD, Néhémie Mwilanya rappelle que c’était déjà le cas avec le gouvernement qu’il formait avec la coalition de Félix Tshisekedi.

« Nous avions déjà eu un budget de 11 milliards sous le gouvernement de Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Le pouvoir actuel ne bénéficie que des réformes du camp Kabila, comme celle du code minier. Lorsque vous enlevez l’apport du financement extérieur, le gros des recettes est issu de l’industrie minière. Si on veut encore accroître les recettes il faut poursuivre ces réformes. L’enjeu n’est pas le chiffre, mais la mobilisation des recettes », dit-il.

Pour lui, le débat doit d’abord tourner autour de ce que Joseph Kabila a apporté pour ce pays. « Il a organisé la première passation pacifique du pouvoir, n’a pas tripatouillé la Constitution, a respecté le nombre de mandats, etc. Aucun coup de feu en rapport avec cette passation n’a été tiré et, trois ans après, celle-ci tient. Je constate que, alors qu’on lui devrait reconnaissance, il est devenu une cible.
Il semble aujourd’hui très en retrait », déplore Néhémie Mwilanya.

Stéphie MUKINZI

1 COMMENTAIRE

  1. Voilà les universitaires de notre pays. Les professeurs qui enseignent la science et eux-mêmes sont de loin la contradiction de cette même science. Des professeurs mais sans intelligence. Honte à vous

Comments are closed.

notre sélection

%d blogueurs aiment cette page :