l'info en continu

Recrudescence des cas de grippe : le Gouvernement invite la population à faire le diagnostic différentiel avec les symptômes de la Covid-19

- Publicité-

Brossant la situation globale de la pandémie Covid-19, le ministre de la santé publique, Hygiène et prévention, Jean-Jacques Mbungani a abordé la question de la recrudescence des cas de grippe saisonnière observée actuellement en RDC et plus particulièrement à Kinshasa.

A ce sujet, Jean-Jacques Mbungani a demandé à la population de faire le diagnostic différentiel avec les symptômes de la Covid-19 devant toute toux associée ou non à la fièvre afin de lever toute confusion.

- Publicité-

« La population est de ce fait invitée à se faire tester régulièrement devant toute toux associée ou non à la fièvre pour toutes les personnes à risque ou les plus exposées à l’aide des tests rapides à savoir : les professionnels de santé, le personnel
enseignant, les agents et cadres des entreprises publiques et privées et/ou toute autre personne exerçant une activité nécessitant de nombreux contacts », rapporte le compte rendu du conseil des ministres du vendredi dernier.

En ce qui concerne la hausse spectaculaire des nouvelles contaminations, le gouvernement indique que la RDC est en passe d’entrer à la quatrième vague de la pandémie de coronavirus. Cependant, précise le compte rendu « cela pourra mieux être interprété à la fin de la quatrième semaine ».

« La pandémie en RDC a sévit en 3 vagues distinctes. Nous tendons actuellement vers la confirmation d’une quatrième vague, au regard de la montée des statistiques de contamination. Cela pourra mieux être interprété à la fin de la quatrième semaine », renseigne la même source.

Toujours lors de cette réunion, le gouvernement a présenté l’évolution ainsi que les caractéristiques de trois précédentes vagues. Celles-ci se représentaient comme suit :

  • pendant la première vague, étalée entre les mois de mars et de juin 2020, avec en moyenne 500 cas par semaine, le grand défi était le diagnostic et la prise en charge clinique avec un taux d’occupation de lits de 80% ;
  • La deuxième vague, avec une moyenne de 700 cas par semaine, était la réplique de la première vague, mais avec extension progressive dans les provinces et un taux d’occupation de lits de 5%;
  • la troisième vague, avec une moyenne de 2 500 cas par semaine. Elle s’est
    caractérisée par l’apparition et la circulation des variants dont le variant indien, très contagieux et meurtrier et un taux d’occupation de lits qui tend à remonter entre 20 et 25%�.

S’agissant de la remontée en cours, le gouvernement souligne qu’il y a augmentation de cas testés positifs à la Covid-19 mais la létalité demeure faible.

Par ailleurs, le gouvernement note que le défi majeur de cette pandémie demeure le refus d’acceptation des vaccins par
la majorité de la population congolaise. D’où, l’appel du ministre de la Santé au respect strict des gestes barrières et à la vaccination. �

Il sied de rappeler en moins d’une semaine, la RDC a recensé près de 2000 nouveaux cas positifs du coronavirus.

Carmel NDEO

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU