l'info en continu

RDC : Indignations après le meurtre d’un officier de l’armée à Fizi

- Publicité-

Un officier supérieur des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) a été tué brûlé vif jeudi 09 décembre 2021 dans la localité de Lweba en territoire de Fizi au Sud-Kivu.

Selon le porte-parole de l’armée en secteur opérationnel Sukola 2 Sud-Kivu, le Major Dieudonné Kaseraka, l’incident est survenu alors que la victime accompagnait son compagnon d’arme à l’hôpital.

- Publicité-

« La victime est major et s’appelle NKamihoze Joseph. ce dernier était dans une ambulance et accompagnait son chef. Il a été retiré du véhicule par ces hommes armés. Il a été tabassé, tué et son corps brûlé », a-t-il indiqué.

D’après d’autres sources locales, les habitants de cette localité se sont pris à cet officier pour des raisons liées aux conflits ethniques.

Suite à cet acte de barbarie, des acteurs politiques, des activistes de droit de l’homme ou des mouvements de la société civile ont exprimé leur indignation.

Pour la sénatrice Francine Muyumba, le meurtre du Major Kamihoze est inadmissible, inacceptable.

« Nous sommes obligés de vivre ensemble et en paix. Le meurtre du Major NKamihoze est inadmissible, inacceptable. Un militaire au service de sa nation, un père de famille et un congolais pas moins important que les autres. Les dirigeants doivent résoudre ces conflits au Sud-Kivu », a-t-elle déploré.
https://twitter.com/Muyumba/status/1469596989356662789?t=wKZeO-IWyCy2X9i5PfUGVQ&s=19

De son côté, le mouvement citoyen de la Lutte pour le Changement (LUCHA) estime que ce crime est injustifiable. Ce mouvement invité le gouvernement à diligenter une enquête afin que les auteurs soient déféré devant la justice.

« Le 9 décembre, le major Joseph Nkamihoze a été tué par justice populaire à Lweba au Sud-Kivu du seul fait d’être Tutsi. Ce crime est injustifiable, les auteurs doivent être punis. Nous condamnons les actes violents et appels à la haine d’où qu’ils viennent », a réagi la LUCHA via son compte twitter.

Le député national Claudel Lubaya a quant à lui, appellé la population à préserver le vivre ensemble dans la tolérance et le respect mutuel.

« Je condamne le meurtre au Sud-Kivu du Major NKamihoze du fait de ses origines Tutsi. Pareil acte ne doit plus se reproduire car dit-il « La vie humaine est sacrée et l’extrémisme est un rempart des faibles ».

« Nous devons préserver notre vivre ensemble dans la tolérance et le respect mutuel. Que le Gouvernement ne reste pas insensible à cette tragédie », a-t-il renchéri avant de rappeler que « sous aucun prétexte que ce soit, aucune raison ni excuse n’octroient à quiconque le droit d’ôter la vie à un être humain. Cette mort doit nous indigner et nous alarmer ».

En outre, Claudel Lubaya a invité le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sévir contre les auteurs de ce crime et contre tous ceux qui répandent le discours de haine ethnique en République Démocratique du Congo et plus particulièrement au Sud-Kivu.

Carmel NDEO

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU