l'info en continu

Manifestation contre le « pillage du pétrole par PERENCO » : Trois activistes arrêtés au Sénat

- Publicité-

Trois activistes du mouvement citoyen « Les Masques », basés à Moanda au Kongo-Central, sont arrêtés depuis le jeudi 9 décembre dans l’enceinte du Sénat congolais alors qu’ils sensibilisaient les sénateurs sur les « violations des lois, pillage du pétrole et destruction de l’environnement » par le géant pétrolier PERENCO.

- Publicité-

Selon les témoins dont un député national, les trois activistes manifestaient avec pancartes, affiches et calicots sur lesquels l’on pouvait lire : « chers sénateurs ! PERENCO viole nos lois, pille notre pétrole et détruit notre environnement. Revoyez votre rapport de 2013 sur PERENCO ».

Dans leur mémorandum dont une copie est parvenue à POLITICO.CD, le mouvement citoyen « Les Masques » est largement revenu sur le problème de la pollution pétrolière qui rend la vie sociale « impraticable » dans la cité de Moanda.

Dans ce mémorandum, ces activistes pro-démocratie ont rappelé au Bureau de la Chambre Haute du Parlement que c’est depuis 1969 que les activités pétrolières ont vu le jour en RDC en signant les conventions relatives à l’exploration et l’exploitation onshore et offshore dans la cité de Moanda.

Cette signature, expliquent-ils, était considérée comme un pas vers le développement de la cité moandaise et de la RDC en général mais hélas les violations répétées de droits de l’homme et de l’environnement ont rendu, d’après eux, ce rêve qu’un simple mirage.

Selon « Les Masques », la cité moandaise est encerclée par les torchères de gaz qui fonctionnent 24h/24, une pratique, martèlent-ils, prohibée par le règlement des hydrocarbures mais la société PERENCO-REP les maintiennent pour polluer l’air que les habitants de Moanda sont sensés respirer.

« La pollution pétrolière a rendu la vie sociale impraticable dans la cité de Moanda, il suffit juste de voir le niveau de production agricole et de la pêche mais aussi les différents rapports élaborés par certaines organisations internationales à la matière à l’occurrence Terre solidaire… Au regard de ces différentes constats le Sénat s’était saisi en 2013 sur la question de la pollution pétrolière par PERENCO-REP, il en a produit le rapport très éloquent sur les activités pétrolières dans le bassin côtier », lit-on.

« Vu la gravité de la situation, le non respect du code des hydrocarbures dans le renouvellement de la durée de production du pétrole dans l’offshore en 2017 par PERENCO-REP, les violations des droits humains, le caractère léonin de l’actuel contrat qui lie la RDC et PERENCO-REP », ce mouvement citoyen exige au Sénat la réactivation du rapport de 2013 sur PERENCO-REP pour permettre à cette société de se conformer aux normes environnementales nationales et internationales mais aussi respecter les dispositions présentes dans l’actuel code des hydrocarbures.

Pour ce faire, il en appelle les sénateurs à user de leur sagesse pour aider la RDC à faire respecter les lois de la République « sabotées » par PERENCO-REP.

Stéphie MUKINZI

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU