l'info en continu

Journée internationale contre la corruption : Luzolo Bambi pense qu’avec Félix Tshisekedi, « il y a une sorte de réveil »

- Publicité-

En marge de la célébration de la journée internationale de lutte contre la corruption, l’ancien ministre de la justice et professeur de Droit Luzolo Bambi pense qu’avec la « volonté politique » du Chef de l’État Félix Tshisekedi et les institutions comme l’inspection générale des finances et l’agence de prévention contre la corruption, « il y a une sorte de réveil ». Dans son exposé au cours d’une conférence débat organisée ce même jeudi par l’ambassade des Pays-Bas, le professeur Luzolo estime que malgré les péripéties, la corruption sera vaincue en RDC.

« Faut-il désespérer ? Je dis non. Je pense qu’avec la volonté politique du président [Félix Tshisekedi ndlr], je pense qu’avec les institutions que nous avons, nous pouvons dire aujourd’hui, qu’il y a une sorte de réveil. Il y a un éveil, il y a un sentiment de réveil du politique et du peuple congolais (…) C’est ce sentiment là qui m’amène à la note d’espoir que la corruption est difficile dans notre pays mais ce n’est pas une fatalité. Nous pouvons combattre la corruption et récupérer les 15 milliards $ », déclare-t-il.

- Publicité-

« Il faut decorruptionnaliser le pays »

Pour le professeur Luzolo Bambi, la République démocratique du Congo doit être « decorruptionnaliser », pour dire : le cancer de la corruption doit être amputé ». Il estime que la Justice est le dernier rempart dans une démocratie et un État qui se veut de droit. C’est ainsi que le professeur Luzolo Bambi a appelé la Justice de la République démocratique du Congo à mener une lutte acharnée contre la corruption au pays de Patrice Emery Lumumba.

« Dans un État de droit, dans une démocratie, le dernier rempart, le gardien de la maison, le gardien de toutes les libertés c’est le juge. Donc, c’est la justice. Quel est l’impact de la corruption et qu’est-ce que la Justice mène comme lutte là-dessus. Si on veut l’évaluer, on constatera très peu de cas », a-t-il déclaré.

Stéphie MUKINZI

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU