l'info en continu

Sud-Kivu : Le gouverneur Théo Ngwabidje Kasi rappelé « d’urgence » à Kinshasa

- Publicité-

Le gouverneur de la province du Sud-Kivu, Théo Ngwabidje Kasi est convoqué d’urgence à Kinshasa par la hiérarchie.

D’après une correspondance lui adressée par le vice-ministre de l’intérieur, Sécurité et Affaires Coutumières Molipe Mandongo Jean-Claude, l’exécutif du Sud-Kivu est convoqué pour des consultations concernant la situation sécuritaire et judiciaire de sa juridiction.

- Publicité-

« Dès la réception de ce message, vous devez prendre toutes les dispositions nécessaires pour rejoindre Kinshasa dès la première occasion. motif : les consultations en vertu situation sécuritaire volatile et judiciaire confuse de votre juridiction », peut-on lire dans cette correspondance du ministère de l’intérieur.

En outre, le vice-ministre de l’intérieur invite toutes les institutions de suspendre toute initiative de nature à aggraver la situation et ce, jusqu’au retour des autorités provinciales convoquées à Kinshasa.

Pour ce faire, les autorités des services d’ordres et de sécurité sont appelées à prendre toutes les dispositions afin d’assurer l’ordre et la sécurité en appui aux autorités publiques.

Au Sud-Kivu, l’actualité reste dominée par le refus du gouverneur visé par une motion de censure de se présenter devant les élus pour répondre aux accusations qui pèsent sur lui.

Visé par une motion de censure signée par 12 députés provinciaux du Sud-Kivu, le gouverneur Théo Kasi Ngwabidje a, dans une lettre adressée au président de l’assemblée provinciale, dénoncé la présence de deux signatures de deux « individus » qui selon lui, ne sont plus députés après leur déchéance judiciaire.

« Je révèle que parmi les signataires de la motion, il y en a deux qui ne sont plus membres de l’Assemblée provinciale du fait de la déchéance judiciaire de leur qualité de député. C’est notamment George Musongela et Mukamba Mazambi », a écrit Théo Kasi.

Dans sa lettre l’exécutif du Sud-Kivu indique qu’ « il en découle clairement que cette motion n’est signée que par 10 députés de l’Assemblée provinciale et ce, en violation des dispositions des articles 146, 147, 198 alinéa 9 de la constitution congolaise et 200 du règlement intérieur de l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu.

Pour cette raison, Théo Kadi estime que la plénière convoquée ce jeudi 2 décembre viole les dispositions de l’article 62 alinéa 2 du règlement intérieur de l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu qui stipule que :
« toutefois si à la première séance, le quorum n’est pas atteint, le président suspend le vote. A la séance subséquentes portant sur la même matière, les décisions sont valablement prises à la majorité de voix. La séance subséquente est convoquée au plus tard 72 heures après ». Hors stipule Ngwabidje, la séance de ce jeudi avait déjà était suspendue et qu’une autre subséquente devrait avoir lieu avant la programmation d’autres matières.

Carmel NDEO

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU