l'info en continu

RDC : Soraya Aziz invite plusieurs partenaires publics et privés à la table ronde d’ANSER en janvier 2022

- Publicité-

Chargée de partenariats et de communication à l’Agence Nationale de l’Électrification et des Services Énergétiques en milieux rural et périurbain (ANSER), Soraya Aziz Souleymane, a indiqué avoir invité plusieurs partenaires tant privés que publics à prendre part à la Table ronde d’ANSER en Janvier prochain. C’était lors d’une interview accordée au média Environ News au lendemain de la COP26 à Glasgow.

Cette rencontre avec ces partenaires, apprend Mme Soraya Aziz à POLITICO.CD, va être centrée sur la présentation des projets concrets à financer.

- Publicité-

Face au rapport existant entre le réchauffement climatique et la pollution, Soraya Aziz a affirmé qu’à travers cette COP26 ils ont réussi à démontrer les intersectionnalités existant entre l’énergie et le réchauffement climatique. En outre, précise-t-elle, il a été démontré qu’il existe un lien entre le développement durable et l’électrification et que sans développement durable, « on allait vers une déforestation sauvage et qui ne produit rien en milieu rural et exhauste les ressources de la planète ».

« De notre côté chez ANSER, nous sommes venus avec un message, au-delà du message de la RDC pays solution, nous avons présenté le potentiel de la RDC : 100.000 mégawatts d’hydro et plus ou moins 70.000 mégawatts de solaire. Nous avons aussi lancé une invitation à plusieurs partenaires privés comme publics : à la Table de ronde d’ANSER en Janvier prochain où nous allons présenté des projets concrets à Financer », renseigne Aziz Souleymane.

Par ailleurs, elle a signalé que leurs discussions avec les partenaires n’ont pas seulement porté sur le financement mais notamment sur l’accompagnement technique. « Nous avons rencontré la Banque Mondiale, la Rockefeller Foundation, le Fonds Vert pour le Climat, et tant d’autres. Nos échanges n’ont pas seulement porté autour des financements mais d’un accompagnent technique. Nous avons énormément appris. Pas seulement en termes des techniques et ses bénéfices sur la population. Nous avons aussi appris qui sont leurs partenaires techniques et financiers. Parce qu’on ne va pas réinventer la roue. Nous pouvons surfer sur l’expérience d’autres nations pour implémenter voire adapter leurs solutions à notre pays », explique Aziz Souleyman.

Partant d’un constat observé auprès de l’opinion congolaise sur la problématique dd la SNEL, la Chargée de partenariats et de communication de l’ANSER a voulu lever tout équivoque. « Aujourd’hui quand on parle de l’accès à l’électricité, l’opinion générale converge en direction de la SNEL. Et pourtant, la SNEL n’est qu’un opérateur. Elle propose et vend l’électricité comme tout le monde mais elle ne fait pas la planification, encore moins la politique du secteur, d’ailleurs elle ne fait pas parti du gouvernement […] Elle est en somme, une entreprise publique », confie-t-elle à POLITICO.CD.

Et de surenchérir : « Donc, toute la politique et la planification sont définies par le Ministère (de tutelle) et nous (ANSER), nous sommes sous la tutelle du Ministère mais nous ne sommes pas directement sous sa coupe », explique Soraya Aziz à POLITICO.CD

Durant le trois mois précédents, la chargée des partenariats et de communication à l’Agence Nationale de l’Électrification et des Services Énergétiques en milieux rural et périurbain (ANSER) a fait la mise en place et l’évaluation du projet pilote « Mwinda », son déploiement en 4 provinces pilotes dont notamment : le Lualaba, le Nord-Kivu, l’Ituri et le Bas-Uele ; la descente et la participation à la rédaction du plan d’électrification du Bas-Uele avec tous les territoires compris.

Signalons qu’elle a également échangé dans le Bas-Uele avec Kibali Gold Mines pour un potentiel financement. Soraya Aziz est aussi à la base des évaluations pour la réalisation des certains projets électriques au Katanga et à Goma.

Hervé Pedro

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU