PUBLICITÉ

RDC/Interdiction du sit-in bloc patriotique : « Il n’ ya pas un état de droit en RDC, c’est pire encore » (Fidèle Likinda)

Au cours d’une interview accordée POLITICO.CD ce lundi 22 novembre, le député national Fidèle Likinda du Front Commun pour le Congo (FCC) fustige les dispositifs sécuritaires mis en place par la police nationale congolaise pour empêcher le sit-in du bloc patriotique devant le siège de la commission électorale nationale indépendante (CENI).

Pour cet élu de la famille politique de Joseph Kabila, cette situation prouve que l’État de droit tant vanté n’est que slogan. « Il n’ ya pas un état de droit en République Démocratique du Congo, c’est pire encore », a argué Fidèle Likinda.

Pour lui, s’il y avait un État de droit, le régime en place devrait d’abord respecter la constitution et les lois de la République.

« L’article 26 de notre constitution, sur pied de cette disposition nous sommes dans un régime d’information et je crois les organisateurs avaient déjà informé l’autorité urbaine pour encadrer et sécuriser les manifestants mais à notre grand étonnement, vous voyez ce dispositif comme si on était dans une guerre et donc c’est déplorable parceque le pays va très mal », a-t-il déploré.

Instruite par le Gouverneur Ngobila, la Police s’est mobilisée pour interdire à cette énième manifestation du bloc patriotique, qui exige la dépolitisation de la CENI et l’annulation de la mise place de son bureau chapeauté par Kadima, les hommes de Sylvano Kasongo ont barricadé les alentours du siège de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) pour empêcher l’accès aux manifestants qui sont déjà présents.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU