PUBLICITÉ

Pourquoi La com est un métier ? (TRIBUNE)

Le nouveau Fougerat est arrivé.
Avec La com est un métier, paru aux éditions Bréal, il est difficile de parler ici de cuvée exceptionnelle puisque pour Frédéric Fougerat l’exceptionnel est habitude. L’année dernière, l’auteur publiait aux même éditions Bréal Un Dircom n’est pas un démocrate ! Millésimé 2020, rafraîchissant dans une année frappée par le COVID-19, le livre propose un condensé d’expériences sur la gestion de la communication au sein de l’entreprise, les obstacles rencontrés, les dérives à éviter et les grands sujets de l’heure tel que, par exemple, l’existence ou non de la marque employeur.

Début 2021, l’auteur nous a servi en apéritif Le Dico de la com. Corsé, comme seul sait l’être un lexique, l’oeuvre se laissait tout de même déguster notamment avec des définitions piquantes, écrites en un style sec mais non asséché, certaines issues du terroir francophone de la communication, d’autres greffées à la pratique comme « Liker » pour « action d’approuver un contenu ou une publication sur les réseaux sociaux. Expression entrée dans le langage courant au-delà des réseaux sociaux ». Chez Fougerat, le langage n’est pas barrière mais passerelle, et le palais ne s’en porte que mieux.

En 110 pages, Frédéric Fougerat nous propose un grand cru : beaucoup de passion mélangé à une expérience certaine, assaisonné d’une pincée de raison. D’anecdotes en conseils pratiques, l’auteur propose une ballade dans les différents métiers de la communication avec un net intérêt pour les réseaux sociaux. Particulièrement savoureux, le passage sur la relation influenceur – annonceur nous montre que, loin des idées préconçues, il s’agit de bâtir un véritable partenariat entre les deux protagonistes.

Le plus intéressant dans La com est un métier est sa composition d’arômes d’hier et d’aujourd’hui. Hier Frédéric Fougerat s’interrogeait avec nous sur la possibilité de l’invention de l’unité de mesure du bruit ou si la communication peut jouer un rôle social ; aujourd’hui, l’auteur nous parle aussi de communication politique. Il évoque le rôle des communicants de femmes et d’hommes politiques, l’objectif d’une élection au-delà du programme et du storytelling et surtout la distinction entre communication publique et politique. Ce chapitre tombe fort à propos au vue des échéances électorales françaises (2022) et congolaises (2023). Clin d’œil du destin ou volonté de l’auteur ? Le lecteur se prononcera.

La com est un métier, paru aux éditions Bréal, est pour les professionnels de la communication et les apprenants une lecture nécessaire. A chaque page, le lecteur comprend qu’une bonne communication résulte d’un travail méthodique, soutenu par des pratiques et des principes. L’auteur ne s’appuie pas sur des vérités transcendantales mais sur son faire et parce qu’il sait le dire, il fait œuvre de transmission avec l’humilité qui le caractérise. Son expérience fait de lui un des meilleurs directeurs de communication de l’hexagone, Son écriture fait de lui un maître.

Et comme chaque livre de Frédric Fougerat, il est empreint du goût des autres…

Madimba KADIMA-NZUJI, PhD

- Publicité -

EN CONTINU