PUBLICITÉ

Tshisekedi, Macron et d’autres leaders mondiaux célèbrent le lancement de la Nouvelle Coalition Mondiale pour les Repas Scolaires

 
Plus de 60 gouvernements se réunissent pour lancer les programmes de repas scolaires et aider à ré-ouvrir les écoles à travers le monde. Le président français Emmanuel Macron, le président Felix-Antoine Tshisekedi de la République démocratique du Congo, en sa qualité de président de l’Union africaine, le ministre finlandais pour la Coopération au développement et du Commerce extérieur, Ville Skinnari, et le directeur exécutif du Programme mondial alimentaire, David Beasley, ont participé aujourd’hui, à la célébration du lancement de la Coalition pour les repas scolaires durant une cérémonie tenue en ligne.
 
La nouvelle coalition mondiale veut s’assurer que chaque enfant ait l’opportunité de recevoir un repas sain et nutritif à l’école d’ici 2030, en aidant les pays membres à mettre en oeuvre des programmes de repas scolaires nationaux efficaces. Plus de 60 pays et 50 autres partenaires venant d’universités, de groupes de réflexion, d’ONG et d’agences des Nations unies ont adhéré à la Coalition pour les repas scolaires, dont le travail s’étendra jusqu’en 2030.
 
La Coalition pour les repas scolaires a été lancée à un moment de grand péril pour beaucoup d’enfants dans le monde. La pandémie de la COVID-19 a en effet touché les “écoles à travers le monde, et beaucoup d’entre elles demeurent fermées. Au moment le plus fort de la pandémie, en avril 2020, les fermetures d’écoles ont fait que 370 millions d’enfants n’ont pas pu assister à leurs classes et n’ont pas pu recevoir le repas quotidien sur lequel ils pouvaient compter avant la pandémie. Ceci a eu un impact dévastateur sur l’éducation des enfants, surtout les plus pauvres, et par conséquent, leurs chances dans la vie. Ré-ouvrir les écoles en toute sécurité est crucial et apporter des repas scolaires nutritifs est parmi l’un des moyens les plus efficaces d’attirer les enfants à l’école et de les y retenir.  
 
Au cours de son allocution à la cérémonie de lancement, le président français Emmanuel Macron a déclaré: “Notre objectif est de fournir à tous nos enfants d’ici 2030, les repas dont ils ont besoin pour apprendre et grandir bien à l’école…Je suis très heureux aujourd’hui d’annoncer le lancement de la Coalition pour les repas scolaires. Cette Coalition avec le PAM est essentielle. Alors Rejoignez-nous! “
Plus de quinze ans de recherche ont démontré que les programmes de repas scolaires renforcent la nutrition des enfants, leur apprentissage, leur bien-être à long terme et leur santé. Les programmes contribuent à l’égalité de genre en aidant les filles à étudier et à obtenir leur diplôme, et peuvent servir de tremplin pour la transformation du système alimentaire, ce qui soutient l’agriculture locale et rend les communautés plus résilientes.
 
En rejoignant la Coalition pour les repas scolaires, l’Union africaine a renforcé sa volonté politique d’étendre les programmes locaux de repas scolaires.
 
Felix-Antoine Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo et président de l’Union africaine en 2021, a déclaré : « Les programmes de repas scolaires sont une contribution significative à la promotion d’une éducation inclusive et de qualité, ainsi qu’à des résultats positifs en matière de nutrition, de santé et d’agriculture. Les avantages des programmes de repas scolaires impliquent le développement du capital humain, la construction d’un avenir plus avantageux pour l’Afrique et le monde, la production agricole, l’emploi local et les marchés. »
 
La Finlande gère l’un des programmes de repas scolaires les plus brillants au monde. Celui-ci a commencé en 1948, et les repas scolaires sont gratuits pour tous les enfants âgés de 6 à 16 ans.
 
Ville Skinnari, Ville Skinnari, ministre finlandais de la coopération au développement et du commerce extérieur, a déclaré : « Les programmes de repas scolaires signifient beaucoup plus que seulement fournir de la nourriture. Ils peuvent transformer des vies et des communautés, soutenir l’agriculture locale, promouvoir l’égalité de genre et enseigner aux enfants comment s’alimenter d’une meilleure manière, créant ainsi des habitudes qu’ils peuvent conserver pendant toute leur vie. Ils jouent un rôle essentiel pour convaincre les enfants, plus particulièrement les filles, à venir à l’école et les y retenir ».
 
David Beasley, directeur général du Programme alimentaire mondial, qui organise le programme de repas scolaires, a déclaré : « En seulement quelques mois, 60 gouvernements et 50 organisations autour du monde se sont mis d’accord pour soutenir le plan ambitieux de la Coalition qui veille à ce que chaque enfant puisse avoir des repas scolaires sains d’ici 2030. La pandémie de la COVID-19 a détruit une décennie de progrès réalisés, concernant l’accès aux repas scolaires des enfants les plus vulnérables du monde. C’est notre chance de nous remettre sur la bonne voie ».
 
La Coalition pour les repas scolaires contribuera à ce que les pays partenaires intensifient leurs programmes de repas scolaires, pendant qu’ils surmontent les obstacles et les retards. Certaines initiatives de la Coalition pour les repas scolaires ont déjà été présentées cette année-ci, lesquelles ont pour objectif d’aider les gouvernements à élargir et à améliorer leurs programmes de repas scolaires. Ces initiatives impliquent :
 
— Un consortium de recherche : celui-ci est dirigé par l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres, et établira un programme de recherche sur dix ans pour montrer l’impact des repas scolaires. Les résultats seront largement diffusés pour soutenir la prise de décisions et améliorer l’étendue et la qualité des programmes.
— Un groupe de travail multisectoriel pour le financement de la santé et l’alimentation en milieu scolaire : Le groupe de travail a été créé sous la direction du Forum mondial sur l’éducation pour améliorer l’organisation des donateurs, l’efficacité des accords de financement mis en place en ce moment, aider les pays à augmenter leur capacité fiscale grâce à des solutions innovantes, et contribuer à mobiliser les ressources.
 
Don Bundy, professeur d’épidémiologie et de développement à l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres, a déclaré : « Des menus conçus correctement à l’école peuvent aider à créer des comportements alimentaires qui évitent l’obésité et réduisent le risque de maladies cardiovasculaires et d’autres maladies non transmissibles plus tard dans la vie. »
 
Liesbet Steer, directrice exécutive de la Commission de l’éducation, a déclaré : « Les enfants en bonne santé non seulement participent aux activités scolaires mais ils sont aussi, beaucoup plus performants. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, chaque dollar investi dans l’alimentation scolaire signifie 9 dollars en retour social, car les enfants éduqués et en bonne santé seront des adultes plus productifs. »
 
Son Excellence le Dr Tariq Al Gurg, PDG de Dubai Cares, a déclaré : « Une approche holistique de l’éducation est l’un des facteurs les plus importants pour le développement à long terme des enfants. C’est pourquoi, guidés par cette conviction, nous avons donné la plus grande importance à la santé et à l’alimentation dans les écoles, et c’est un des piliers fondamentaux pour atteindre l’objectif de développement durable 4. »

Dépêche PAM

- Publicité -

EN CONTINU