l'info en continu

Lualaba: l’artisanat minier face à la création de l’Entreprise du Cobalt, au centre de la 39e session de l’IDAK

- Publicité-

La 39e session de la plateforme Investissements Durables au Katanga (IDAK), est organisée à Kolwezi chef-lieu de la province du Lualaba, du 18 au 19 novembre 2021 à Kampi ya Boma. Ce cadre tripartite gouvernement – entreprises – société civile et partenaires dont la coopération allemande (GIZ), s’articule autour du thème: «L’avenir du secteur minier artisanal face à la création de l’Entreprise Générale du Cobalt (EGC)».

Après le mot de bienvenue du Docteur Guy Muswil Président du comité de pilotage de l’IDAK et celui d’Annette Juma Conseillère technique (GIZ) du Projet Développement Économique Intégré du Secteur Minier (DISM), le go de cette 39e session de ce cadre de dialogue multi-acteurs, a été donné par Fifi Masuka Saini, Gouverneur ad-interim de la province du Lualaba. Dans son speech, l’autorité provinciale, a salué la tenue de ces assises, en ce qu’elles vont booster l’effectivité de l’Entreprise Générale du Cobalt.

- Publicité-

En effet, l’objectif principal de cette plénière, vise à clarifier le rôle et les missions de l’Entreprise Générale du Cobalt dans l’exploitation minière artisanale de ce minerai stratégique, pour ainsi dégager les enjeux et les défis liés à son fonctionnement, tout en proposant des recommandations gagnant-gagnant aux défis relevés.

Pour les organisateurs de ce forum d’échanges, l’exploitation minière artisanale constitue une principale source des revenus et un moyen de survie pour de nombreuses populations congolaises. Ils ont souligné que, plusieurs études ont montré l’importance des exploitants miniers artisanaux dans l’économie nationale et la nécessité de bien encadrer ce secteur porteur d’espoir.

Selon le plan stratégique de développement du secteur minier, publié en mars 2016 par le Ministère national des Mines, l’artisanat minier figure parmi ses priorités, avec la perspective de professionnalisation des métiers y afférents et d’augmentation de rentabilité de ce secteur qui emploie près de 2 millions des congolais en quête de nouvel espoir et aspirant davantage au progrès social.

Dans la foulée, la RDC est actuellement le premier producteur mondial du cobalt, lequel est repris comme minerai stratégique. Le pays fournit plus de 70% de la demande mondiale du cobalt dont 15% proviennent de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle. De centaines de milliers de personnes travaillent quotidiennement dans ce type d’exploitation.

Ainsi, dans le souci d’améliorer les conditions des creuseurs artisanaux dans la production du minerai de cobalt, le Gouvernement congolais a créé l’Entreprise Générale du Cobalt (EGC) par décret 19/15 du 5 novembre 2019. En tant que filiale de la Gécamines, l’EGC détient désormais le monopole de l’achat, du traitement, de la transformation et de la vente du Cobalt d’exploitation artisanale en RDC.

À noter que la mission de l’EGC, est d’encourager l’adoption de normes d’approvisionnement et de contrôles responsables et de garantir la traçabilité du minerai de cobalt. L’EGC s’est vu confier la mission d’organiser et d’encadrer l’exploitation minière artisanale et à petite échelle du cobalt en République Démocratique du Congo, en développant une chaîne de valeur responsable. C’est dans ce cadre que l’EGC a signé un accord de financement avec la firme internationale TRAFIGURA qui accompagnera l’entreprise, de la production du Cobalt jusqu’à la vente auprès des acheteurs finaux.

Face à cette opportunité, l’EGC va collaborer aussi étroitement avec l’Autorité de Régulation des Marchés des Substances Minérales Stratégiques (ARECOMS), créée par le décret 19/16 du 5 novembre 2019, dans le but de formaliser la chaîne d’approvisionnement du cobalt produit par l’ARECOMS, de sorte à préserver et promouvoir en priorité le respect des droits humains, la sécurité et les normes environnementales.

A l’issue de ce forum de deux jours, ce vendredi 19 novembre 2021, une série de recommandations sera lue, en raison de trois panels à savoir: enjeux et défis du secteur face à la création de l’EGC (1); les interactions/collaboration entre l’EGC et les autres acteurs du secteur (2); et l’EGC face au développement des communautés locales (3).

Junior Ngandu

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU