PUBLICITÉ

« Le moment est opportun et favorable à une amélioration notable de la gouvernance économique en RDC » (JM Châtaigner, UE)

L’Union européenne dit s’engager aux côtés de la République Démocratique du Congo pour « une meilleure gouvernance économique », en appui au nouveau plan stratégique de la réforme des Finances publiques, présenté mardi 16 novembre à l’hôtel du Fleuve à Kinshasa, par le ministre des finances Nicolas Kazadi, en présence de l’ambassadeur de l’UE au près de la RDC, Jean-Marc Châtaigner.

Dans un communiqué de presse, l’Union européenne salue la présentation du nouveau plan stratégique de la réforme des Finances publiques, du 16 au 17 novembre 2021 et se félicite de la mobilisation des partenaires auprès des autorités congolaises.

Pour JM Châtaigner, la gouvernance économique est l’épine dorsale de la gouvernance politique. Il est donc, estime-t-il, opportun d’améliorer la gouvernance économique en RDC. « Le moment est opportun et favorable à une amélioration notable de la gouvernance économique en RDC : La gouvernance économique, c’est l’épine dorsale de la gouvernance politique. Elle mérite donc une attention particulière en cette période de relance des réformes publiques ; dans laquelle s’inscrit le nouveau plan stratégique de la réforme des Finances publiques présenté ce jour par le Ministre des Finances et ses équipes », a confié Jean-Marc Châtaigner, ambassadeur de l’Union européenne en RDC.

Et, toujours lui, d’indiquer que « la création d’un espace budgétaire pour les investissements et les dépenses sociales prioritaires (éducation, santé…) est crucial pour le développement du pays. La RDC a toutes les capacités de mobiliser des ressources fiscales comparables à celles d’autres pays africains ».

À l’en croire, ce nouveau plan stratégique de la réforme des Finances publiques propose un plan d’action précis qui intègre les axes d’intervention détaillés dans le Mémorandum de politique économique et fiscale du programme triennal soutenu par la Fédération des entreprises du Congo (FEC) et le Fonds monétaire international (FMI).

En appui à cette stratégie, souligne le communiqué de l’UE parvenu à POLITICO.CD, cinq axes ont été identifiés par les partenaires techniques et financiers dans le cadre du Groupe inter-bailleurs en charge des Finances publiques :

  • Transparence minière;
  • Mobilisation des recettes (exonérations, TVA, code des impôts) ;
  • Digitalisation (recettes, passation des marchés, gestion budgétaire, comptabilité) ;
  • Décentralisation financière;
  • Bonne gouvernance budgétaire (contrôle interne budgétaire, compte unique du trésor, exécution du budget).

Cependant, pour accompagner la République démocratique du Congo dans la mobilisation des ressources, étape essentielle pour une juste redistribution et le financement des programmes sociaux, l’Union européenne et plusieurs partenaires vont renforcer leur coordination et leur concertation notamment en matière d’appui budgétaire. La signature du Protocole d’accord d’un cadre permanent de concertation et de suivi des réformes des Finances publiques dès l’ouverture des travaux, s’inscrit dans cette volonté commune portée par le Ministère des finances.

Elle annonce également, poursuit le communiqué de l’UE, la relance de programmes de coopération plus conséquents, définis dans le cadre d’un dialogue politique ouvert avec les autorités congolaises en matière de gouvernance économique.

Ainsi, pour appuyer ces actions, l’Union européenne qui assure, avec la Banque mondiale, la co-présidence du Groupe inter-bailleurs en charge des Finances publiques, a fait de la gouvernance économique une priorité dans ses programmes de partenariat avec la République démocratique du Congo.

Il convient d’indiquer que l’Union européenne agit notamment pour l’interconnexion des régies financières à hauteur de 3 millions d’euros et s’engage dans le cadre de sa coopération pour la période 2021-2027 à renforcer son soutien à la modernisation et la transparence des finances publique au travers du programme Unis pour la prospérité, conclu le communiqué.

Serge Sindani

- Publicité -

EN CONTINU