PUBLICITÉ

Exploitation illicite des minerais au Sud-Kivu : « La fraude minière se fait à grande échelle par manque de traçabilité » (Rapport)

Au cours de la plénière de ce vendredi 5 novembre, l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu s’est prononcée sur l’interpellation du gouverneur Théo Ngwabidje pour éclairer l’opinion sur l’exploitation illicite des minerais en territoire de Mwenga.

La commission spéciale avait pour la circonstance présenté son rapport d’enquête portant sur l’exploitation illicite des minerais par les sociétés chinoises dans le territoire de Mwenga, après un peu plus d’un mois d’investigations.

D’après le rapport, il y a six sociétés chinoises concernées par l’arrêté provincial et leurs coopératives partenaires. La descente sur terrain a été marquée par des auditions de différentes parties dans le territoire de Mwenga et dans la ville de Bukavu.

Il ressort de ce rapport que la fraude minière se fait à grande échelle par manque de traçabilité et que les conventions signées entre les sociétés chinoises et la communauté locale ne sont pas respectées pour être appelées cahiers de charges.

En effet, la mission conduite par l’élue de Mwenga et questeur du Bureau de l’Assemblée provinciale, Blandine Moza Kalafula avait pour motivation d’enquêter sur base des différents rapports reçus au bureau de l’organe délibérant ainsi que des allégations de la population de Mwenga en rapport avec l’exploitation illicite des minerais dans leur territoire.

La descente sur terrain avait un double objectif entre autres, se rassurer du respect de l’arrêté du Gouverneur de province du 20 août 2021 suspendant les activités minières de certaines sociétés minières et leurs coopératives partenaires à pied d’œuvre dans le territoire de Mwenga d’une part et de l’autre, constater les dégâts occasionnés par l’exploitation illicite des minerais par les sociétés chinoises dans le territoire de Mwenga.

La plénière du vendredi 5 novembre dirigée par le président de l’Assemblée provinciale, Zacharie Lwamira a formulé plusieurs recommandations en plus de celle ayant trait à l’interpellation de l’Autorité provinciale.

Dans la foulée, l’Assemblée Provinciale a également pris la recommandation de saisir le Sénat en lui demandant d’inviter le ministre national de la défense et celui des mines pour justifier la présence des militaires FARDC dans les sites miniers à Mwenga ainsi que la présence des sociétés minières qui ne sont pas en ordre avec le gouvernement.

Il a été recommandé également de veiller à la traçabilité des minerais dans le territoire de Mwenga en particulier et la province du Sud-Kivu en général.

Bernard MPOYI

- Publicité -

EN CONTINU