l'info en continu

RDC : L’incursion à Bukavu des hommes armés, les forces de la MONUSCO suivent de près la situation

- Publicité-

La mission des nations unies pour la stabilisation du Congo (MONUSCO), a au cours d’une conférence de presse tenue ce mercredi 3 novembre à Kinshasa, exprimé sa consternation suite à l’incursion dans la ville de Bukavu dans la province du Sud-Kivu dans la nuit du mardi 2 au mercredi 3 novembre.

Les forces de la MONUSCO et la police des Nations-Unies se disent être en alerte dans la ville de Bukavu, en appui aux forces armées de la République démocratique du Congo.

- Publicité-

D’après Mathias Gillman, le porte-parole de la Monusco, ces hommes armés auraient attaqué les positions des forces de sécurité, tout en signalant que la MONUSCO suit de près la situation.

« Des tirs ont été entendus dans la ville. Selon les premières informations, des hommes armés auraient attaqué des positions des forces de sécurité, y compris l’armurerie située dans le quartier industriel de la ville. La MONUSCO suit de près la situation. La police des Nations unies et la force restent en état d’alerte et en contact étroit avec les autorités provinciales.
Nous sommes effectivement des partenaires, les FARDC se sont déployées au sein de la ville », a affirmé Mathias Gillman, le porte-parole de la Mission lors de la conférence de presse des Nations unies, le mercredi 3 novembre à Kinshasa.

Ce dernier a ajouté qu’avec ses partenaires, des patrouilles de longue durée sont déjà initiées.

« En coordination, avec les autorités provinciales et les forces de sécurité nationales, nous avons lancé, donc, des patrouilles de longue durée sur les trois directions principales qui mènent vers Bukavu. Donc, en direction de Walungu, de Nyangezi et de Kavumu, pour justement, venir en soutien aux FARDC », a affirmé Mathias Gillman.

Le porte-parole de la MONUSCO renseigne également que la Représentante spéciale Bintou Keita se trouve à Nairobi, au Kenya.

Notons que depuis Nairobi (Kenya), la Cheffe de la MONUSCO Bintou Keita, va participer au 3ème débat de haut niveau autour de l’initiative de l’Union africaine (UA), de faire taire les armes en Afrique.

Selon Mathias Gillman, ce débat réunit les représentants de la Commission de l’UA, des hauts représentants des Etats membres ainsi que de la société civile, femmes et jeunes, pour échanger sur les « différentes menaces à la paix et à la sécurité sur le continent, notamment dans la zone du lac Tchad, au Sahel, dans la Corne de l’Afrique et dans la région des Grands Lacs ».

Bernard MPOYI

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU