PUBLICITÉ

RDC : la synergie des syndicats des enseignants de la RDC décide de poursuivre la grève dans tout le pays

La synergie des syndicats des enseignants de la RDC (SYNECAT, CCT, FA, SYNEP, COFEVID et SYPEPCO) décide de poursuivre la grève sur toute l’étendue du territoire national. Cette décision ressort de l’assemblée extraordinaire tenue ce lundi 01 novembre 2021 à Kinshasa dans le but d’évaluer « le malaise » qui prévaut dans le secteur de l’EPST, occasionné par la grève décrétée le 25 septembre dernier.

« En attendant l’issue des travaux de Kisantu, les enseignants en Assemblée générale décide la poursuite de la grève sur toute l’étendue du territoire national et demande au gouvernement de s’impliquer résolument pour des solutions responsables et durables. Les parents sont tenus à garder les enfants à la maison pour leur sécurité », peut-on lire dans ce document.

Elle dit avoir constaté l’ingérence de la partie employeur dans la gestion interne des syndicats, l’instrumentalisation des délégués syndicaux des provinces par l’employeur.

« La prise de conscience des enseignants du secteur public et leur détermination de voir leur condition de vie s’améliorer; la participation des différentes organisations membres de la synergie aux travaux de la commission paritaire à Kisantu depuis le lancement desdits travaux. C’est l’occasion pour nous de remercier le Président de la République, Chef de l’État pour avoir ordonné notre participation aux travaux gage de la paix sociale ».

Et de poursuivre : « l’immixtion de la partie employeur dans la gestion interne des syndicats en violation des toutes les conventions ratifiées par elle à l’instar de la décision de la levée de grève unilatérale déclarée par l’intersyndicale sans l’implication de la synergie; l’instrumentalisation des délégués syndicaux des provinces par l’employeur; le retour en force de la prise en charge des enseignants par les parents au secondaire qui créera sans doute des clivages et des tensions dans les écoles d’une part et le désarroi au sein des familles d’une autre part », a-t-elle constaté.

Elle réitère sa proposition de sortie de crise et exige la réactivation des écoles et bureaux gestionnaires désactivés abusivement ; la prise en compte dans le fichier paie de tous les enseignants NU et NP; la suspension de la décision illégale de la retraite des enseignants ; la suppression des zones salariales.

Elle ajoute également la rationalisation de la mutuelle de santé des enseignants ; le réajustement de la paie à tous les enseignants à hauteur de 250$ dans un court terme; l’activation des travaux de la commission paritaire qui doivent prendre fin dans le dix jours pour une reprise normale des activités dans les établissements publics.

Par ailleurs, la synergie des syndicats des enseignants de la RDC met en garde tous gestionnaires qui menacent les enseignants dans les écoles et se réserve le droit de saisir les instances compétentes en cas d’abus de pouvoir.

Christian Malele

- Publicité -

EN CONTINU