l'info en continu

Procès Bukangalonzo : les avocats de Matata affirment être « suffisamment organisés » pour démontrer l’innocence de leur client

- Publicité-

C’est ce lundi 25 octobre 2021 que le procès sur la débâcle du projet de Bukanga-Lonzo s’est ouvert à la Cour Constitutionnelle. Sur le banc des accusés, Augustin Matata Ponyo Mapon, Patrice Kitebi et Christo Grobler, responsable de la société Africom. Ils sont poursuivis pour détournement présumé de derniers publics, fonds destinés au parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo.

- Publicité-

Pour ce premier rendez-vous, le collectif des avocats du sénateur Matata Ponyo qui n’entend pas abdiquer, se dit confiant et serein et attend aborder leurs moyens de défense devant le juge afin que ce dernier constate l’innocence de leur client.

C’est ce qu’a révélé, au sortir de la toute première audience, Maître Laurent Onyemba, membre du collectif des avocats de l’ancien Premier ministre, Augustin Matata Ponyo Mapon. « La Cour a estimé, souverainement, de renvoyer l’affaire pour trouver le mécanisme de commettre un interprète en vue de confectionner un procès équitable », a-t-il souligné.

Cet avocat du sénateur Matata Ponyo dit être suffisamment organisé pour savoir aborder les moyens de droit et, en même temps, dit-il, le collectif est serein mais à ce niveau du procès, c’est la Cour qui décide justement, qui mène la procédure pour fixer l’affaire.

« Nous regrettons le fait qu’il y a eu une sorte de désordre organisée parce que le procès est public. C’est un principe connu mais j’estime aussi que c’est la première expérience d’un procès pénal à la Cour Constitutionnelle et donc, le fait qu’on aille renvoyer en deuxième semaine va permettre aussi bien à la Cour qu’aux avocats de prendre toutes les dispositions pour que les journalistes aient accès aux informations surtout au procès parce que nous nous n’avons rien à cacher. Nous avons cette sérénité que notre client a des moyens de droit et nous pensons comme avocats que nous allons suffisamment avancer quant à ce », a déclaré Laurent Oyemba l’un des avocats de Matata Ponyo.

Pour le procureur général près la Cour Constitutionnelle, le sénateur Matata Ponyo a tout faussé dès le départ en créant ainsi ce parc dit pilote. D’après lui, Matata Ponyo a bafoué la loi en matière de passation des marchés en optant pour la procédure de marché de gré à gré.

Dans un rapport de l’IGF, le Trésor public avait débloqué 285 millions de dollars pour le futur parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo. D’emblée, à en croire ce rapport, 205 millions de dollars américains auraient été détournés.

Ce rapport avait présenté Augustin Matata Ponyo comme auteur intellectuel de cette débâcle du projet Bukanga-Lonzo lancé en 2014. Toutefois, il convient de noter que ces trois accusés ont comparu devant la Cour Constitutionnelle en étant libres à ce début d’audience.

Christian Okende

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU