l'info en continu

Le Centre appelle Félix Tshisekedi à tendre la main à ses « adversaires politiques pour rassembler » la Nation

- Publicité-

Le CENTRE, un regroupement politique cher à Germain Kambinga, est officiellement sorti de son silence face à la situation politique qui prévaut ce jour en RDC, notamment sur la nécessité d’un consensus national.

Selon le Centre, il apparaît que l’organisation des élections de 2023 dans le respect des délais constitutionnels s’apparente à la résolution « d’une équation à tellement d’inconnues qu’il ne semble pas réaliste de la concevoir avec chaque camps enfermé dans sa tour d’ivoire ».

- Publicité-

Dans cette option, évitant une copie des élections précédentes émaillées de soupçons et fraudes, il sera, estime le centre, difficile, dans ce délai, d’organiser sans un consensus globale, des élections pouvant permettre d’asseoir définitivement l’unité et la stabilité de notre pays, car :

  1. Il est impossible sans consensus global, dans ces délais, d’organiser un processus électoral crédible, apaisé et inclusif et dont les résultats seraient, pour une fois, acceptés par tous les congolais comme le souhaite l’opinion nationale et internationale ;
  2. Il est impossible sans un consensus global, en même temps de tenir les délais constitutionnels de décembre 2023 et satisfaire aux préalables importants soulevés par une part importante de la classe politique et que sont, la réforme de la CENI, l’audit de gestion de l’ancien Bureau de la CENI et la désignation consensuelle des nouveaux animateurs ;
  3. Il nous est impossible de tenir sans un consensus global, les délais constitutionnels de décembre 2023 en tenant compte de l’exigence de
    réviser le fichier électoral afin d’y intégrer les jeunes majeurs étant donné que
    cette opération d’une durée minimale de 15 mois n’a à ce jour aucune ressource
    dédiée ;
  4. Il nous est impossible sans un consensus global de tenir les délais constitutionnels de décembre 2023, lorsque certains posent comme préalable le recensement général de la population.

Dans cet ordre d’idée, le Centre, qui se dit fidèle à son premier appel solennel, réitère l’impératif pour le Président de la République de tendre la main à ses adversaires politiques pour rassembler la nation car l’autre voie serait celle de la division de la nation et de la condamnation de la sérénité dont la RDC aura besoin au sortir du processus électoral de 2023 pour amorcer son décollage économique et social.

« C’est à cette condition et à cette condition seulement, que nous pouvons envisager un processus électoral transparent et apaisé, vecteur de paix et de stabilité en RDC », indique ce regroupement politique.

Mais bien plus, estime-t-il, « nous devons nous saisir de cette opportunité pour travailler à
bâtir une démocratie convenable en éliminant de l’espace public et de la vie sociale de notre Nation, les formes pathologiques des sentiments de sympathie et d’antipathie qui conduisent à la haine, ferment d’une démocratie nauséeuse.»

Et de conclure que « sans un large consensus, le risque du chaos est inévitable ».

Serge Sindani

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU