PUBLICITÉ

Débouté par Tshisekedi, Katumbi annoncé à Kinshasa pour des consultations politiques avant de prendre sa décision

Le Président du parti politique « Ensemble pour la République », Moïse Katumbi est annoncé à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo au courant de cette semaine où il va engager une série des consultations avec les instances dirigeantes de son parti, ses alliés politiques au sein de l’union sacrée de la nation ainsi que des représentants des forces vives.

« Au regard de l’évolution de la situation politique et sociale du pays, le Président Moise Katumbi se rendra cette semaine à Kinshasa afin d’engager des consultations avec les instances dirigeantes du Parti, les alliés politiques ainsi que des représentants des forces vives de la Nation. A cette occasion, le Président Moise Katumbi rencontrera ses partenaires et alliés politiques ainsi que des représentants des forces vives de la Nation », rapporte son directeur de cabinet, Olivier Kamitatu.

Au terme de cette série d’échanges, Moïse Katumbi fera connaître la position de sa famille politique, ajoute Olivier Kamitatu.

Cet déplacement de Moïse Katumbi intervient quelques jours seulement après l’investiture par le président de la République Félix Tshisekedi, du nouveau bureau de la centrale électorale pour lequel, il a d’ailleurs invité son allié au sein de la coalition au pouvoir à rejeter l’entérinement des Membres de la CENI et ne pas investir l’équipe de Denis Kadima.

Cependant, la lettre de Moïse Katumbi n’a pas eu d’effets auprès de Félix Tshisekedi. L’ancien Gouverneur du Katanga a été débouté par le Chef de l’État qui est passé outre, en approuvant le travail fait l’Assemblée Nationale.

« En nous rassurant hier dans vos discours que vous ne laisseriez aucun engagement politique de quelque nature que ce soit primer sur l’intérêt supérieur du peuple congolais et en nous assurant que vous ne ménageriez aucun effort pour préserver la paix et l’unité nationale, vous me donnez aujourd’hui l’occasion de vous demander de rejeter purement et simplement la liste entérinée par l’Assemblée Nationale. Cautionner les irrégularités qui ont émaillé le processus d’entérinement des membres de la CENI conduira inévitablement le pays vers un nouveau cycle de désordres », avait écrit le leader d’Ensemble pour la République dans sa lettre.

« Hier, vous avez rejeté une première fois et à juste titre une première liste non consensuelle. Nul ne peut envisager un seul instant qu’aujourd’hui vous puissiez avaliser le travail partisan d’une commission paritaire contestée au risque de jeter sur la CENI un tel voile de suspicion qu’il lui sera impossible d’accomplir sa mission d’organiser, en toute indépendance, neutralité et impartialité des scrutins libres, démocratiques, transparents et inclusifs», avait poursui Moïse Katumbi.

Avant l’annonce officielle de sa sortie de l’Union sacrée, Moïse Katumbi s’est déjà ligué avec ses anciens partenaires de la Coalition Lamuka, ceux du Front Commun pour le Congo de Joseph Kabila, le CLC ainsi que d’autres mouvements de la société civile avec lesquels, ils ont annoncé le lancement des grandes actions citoyennes pour faire échec à la CENI qu’ils estiment « Politisée, instrumentalisée ».

Partira ou ne partira pas? En tout cas tous les signes augurent déjà que le chairman de l’Ensemble pour la République est déjà à la porte de sortie de l’Union sacrée. D’aucuns ne pensent d’ailleurs que ces consultations seront des simples formalités avec les siens qui sont membres du gouvernement. wait and see.

Carmel Ndeo

- Publicité -

EN CONTINU