l'info en continu

La population de Masisi en a marre des assassinats, pillages, viols et spoliations des terres

- Publicité-

Dans le territoire de Masisi en Province du Nord-Kivu, la Société civile, le Conseil territorial de la Jeunesse, les Agriculteurs et les Eleveurs veulent attirent l’attention du Gouvernement Congolais et des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) sur ce qu’ils qualifient de “gravité des actes et des faits matérialisant la résurgence des conflits armés interethniques Hutu, Tutsi, Hunde, dans le Groupement Nyamaboko 1er, Collectivité/Secteur Osso Banyungu.

Dans une déclaration rendue publique ce vendredi 22 octobre 2021 à Masisi, les forces vives de ce territoire ont déclaré en avoir marre des assassinats, pillages, viols et spoliations des terres.

- Publicité-

Selon ces organisations de la société civile dans le territoire de masisi, Mahanga, chef-lieu de la Localité Butsike, et les entités environnantes sont tragiquement affectés par les tensions interethniques et les actes de représailles depuis 2020.

Il s’agit des représailles caractérisées entre autres par le déplacement forcés de la population locale exacerbée par des cas de viol, pillages, rançonnement, etc.

Ces organisations de la société civile dénoncent les assassinats ciblés par ethnie d’au moins 11 bergers de troupeaux de vaches, moutons et chèvres, l’abattement criminel d’au moins 980 vaches, le pillage d’au moins 1872 vaches, 503 porcs, 2122 chèvres et 1340 moutons.

Dans cette contrée, la population riveraine dénonce également la spoliation d’au moins 150 concessions, une pratique appelée en Kinyarwanda
‘’Kubohoza ».

Ces faits et d’autres, se passent, à en croire la déclaration, “sans réaction des militaires FARDC en position à Mahanga” qui semblent en sous-effectif.

Dans cette déclaration, la société civile, le Conseil Territorial de la Jeunesse de Masisi, les Agriculteurs et les Eleveurs exigent “sans délai” du Gouvernement Congolais, des FARDC, le déploiement à Mahanga d’au moins un bataillon de militaires entraînés et équipés, capables de restaurer l’autorité de l’Etat, “inexistante depuis de décennies”.

Ces forces vives de Masisi, recommandent la neutralisation sans distinction des groupes armés ethniques opérationnels dans la zone. En plus, la recherche active des innombrables armes et munitions ainsi que tout autre effet
militaire détenus par les civils et les déserteurs issus des forces et groupes armés.

L’autre recommandation, c’est la redynamisation du commandement des FARDC et de la PNC, inchangé depuis plusieurs années. Autant que l’installation à Mahanga du Commandant Régiment de FARDC afin qu’il suive de près les opérations, avec une obligation des résultats.

Enfin, ces forces vives souhaitent la création d’un environnement propice au règlement pacifique des différends opposant les ethnies afin que chacun vive en paix et recouvre ses droits. Ainsi que, l’ntervention rapide des Organisations Humanitaires et agences des Nations-Unis en faveur des populations victimes.

Merveilles Kiro

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU