PUBLICITÉ

Incursion rwandaise en RDC : « Un incident mineur, il ne faudrait pas en faire un casus belli » (P. Muyaya)

Le Gouvernement Congolais a afin réagi suite l’incursion de l’armée rwandaise sur son territoire. A l’instar du Rwanda, la République Démocratique du Congo considère cette incursion être un incident « mineur » et qu’il ne faudrait pas en faire un acte de nature à motiver une déclaration de guerre.

Le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, a rassuré cependant que cet incident a déjà été pris en charge par le mécanisme conjoint de vérification des frontières élargi de la CIRGL institué en septembre 2012.

« Si vous suivez la situation dans d’autres pays du monde dans les zones frontalières généralement, il y a des choses parfois qui se terminent par des drames, il ne faut pas considérer un incident qui du reste est mineur qui a été prise en charge, le mécanisme existe depuis des années. Vous savez nous nous dirigeons l’Afrique, la région des grands lacs est une région très sensible. Et donc, nous la République Démocratique du Congo, avons un Président qui fait le médiateur dans tous les conflits du continent. Aujourd’hui il ne faudrait s’il y a un incident comme ça, vouloir en faire un casus belli », a déclaré Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement.

Profitant de l’occasion, Patrick Muyaya a aussi rappellé que les rélations diplomatiques et militaires entre les deux pays sont au beau fixe.

« Au plan diplomate, militaire, nos armées communiquent et je crois que le message est passé et donc pour nous c’est un incident qui est clos mais il faut avoir à l’esprit que même si on avait l’armée la plus forte du monde on allait pas déplacer toute l’armada militaire pour cet incident là pour dire qu’on a découd parceque c’est des choses qui arrivent lorsque vous avez 9 voisins », a-t-il renchéri.

Minime que puisse être cet incident, l’armée congolaise avait évoqué plusieurs cas de pillages des biens de la population congolaise par l’armée rwandaise lors de cette incursion ainsi que la récupération d’une arme de ses militaires.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU