l'info en continu

Accusé de mégestion, le syndicat du corps des diplomates prend la défense de Christophe Lutundula

- Publicité-

Le Ministre des Affaires Étrangères, Christophe Lutundula, est au cœur d’une campagne l’accusant de mégestion à la tête de ce ministère. C’est dans cette optique que le syndicat du corps des diplomates (SYCODIP) a voulu, au cours d’une interview accordée à la presse à Kinshasa, apporter des éléments d’éclairages se rapportant à cette affaire.

A cet effet, le président du SYCODIP, Benoît Mukenge Mutiku, a dit s’étonner que certaines personnes soient frustrées des voyages d’un ministre des Affaires Étrangères. « La diplomatie se fait avec les autres États. Tous les ministres du monde des Affaires Étrangères prennent des avions. Ils ne sont pas appelés à négocier uniquement avec les représentations diplomatiques en poste dans leurs pays », explique-t-il.

- Publicité-

Et d’estimer « qu’affirmer ces genres de choses et en être scandalisé, prouve à suffisance une méconnaissance criante et totale des arcanes de la diplomatie, du travail d’un diplomate et moins encore du ministre qui s’en occupe ».

Concernant une prétendue somme d’argent laissée et qui serait détournée par l’actuel Ministre des Affaires Étrangères, le SYCODIP qualifie ces affirmations d’utopiques et a appelé les accusateurs à prouver « leurs allégations ».

Selon le numéro un de la SYCODIP, la rotation des diplomates est une autre affaire qui mine ce ministère depuis des décennies, que l’actuel Ministre des Affaires Étrangères a hérité. « Le mandat d’un diplomate est normalement de quatre ans, renouvelable une seule fois. Vous pouvez donc faire huit ans et revenir au pays. Y passer deux ans avant d’être encore déployé. Mais, tenez-vous bien, il y a des diplomates qui ont plus de vingt ans en mission à un seul endroit. Il y en a même qui demandent leur retour au pays, mais sans succès », explique le président du SYCODIP.

Une autre accusation formulée sur un non-respect du rapatriement des corps diplomates décédés à l’étranger, le SYCODIP voit d’un autre œil la situation. Pour ce syndicat il faut plutôt saluer « les énormes efforts » qui sont en train d’être consentis.

« La diplomatie est la poubelle des politiques. Tous ceux qui ne se retrouvent pas dans le partage du gâteau sont déployés dans notre ministère et même directement dans nos représentations diplomatiques à l’étranger. Échappant plus souvent au contrôle du ministère », s’est-il exprimé.

Hervé Pedro

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU