l'info en continu

Félix Tshisekedi appelle les africains au combat contre toutes les formes de discrimination dont « l’albinisme »

- Publicité-

Le Président en exercice de l’Union Africaine et Président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi a ouvert, ce mardi 19 octobre 2021, le Ier colloque panafricain sur l’albinisme. Lequel prendra fin le mercredi 20 octobre 2021 et se déroule autour du thème : « la solidarité africaine pour une Afrique intégrante en faveur des personnes atteintes d’albinisme».

Ce colloque panafricain a pour objectif global, faire un état des lieux de la situation des personnes atteintes d’albinisme en Afrique, afin de prendre des mesures urgentes pour combattre toute forme de discrimination basée sur la couleur.

- Publicité-

Pour ce faire, le Président en exercice de l’Union africaine, Félix Tshisekedi, a appelé les africains au combat qu’il dit mener contre toutes les formes de discrimination.

«À cet égard, mon Gouvernement, à travers le Ministère des affaires sociales et actions humanitaires, est au cœur de cette campagne de sensibilisation et de promotion des droits et veut servir de plaque tournante de la réflexion à travers ces assises pour nous présenter une déclaration (…) par laquelle, nous passerons à la sensibilisation massive et au plaidoyer auprès des pays membres sur les droits des personnes atteintes d’albinisme», a indiqué le Président de la RDC, Félix Tshisekedi.

Selon le Chef d’état, cette maladie d’albinisme doit interpeller l’Afrique sur deux plans au regard aux explications scientifiques: premièrement, explique-t-il, sur le caractère inné, quasi-incontrôlable de comment est-ce que tout le monde vient au monde. Autant on naît albinos, autant on naît noir, blanc, jumeaux, gaucher, avec des cheveux blonds, avec un handicap, etc.

Deuxièmement, dit-il, c’est une interpellation sur les fondements d’une discrimination basée sur des critères physiques que personne ne contrôle.

«Aujourd’hui nous sommes à Kinshasa pour défendre les droits des personnes atteintes d’albinisme, mais n’oublions pas qu’aujourd’hui encore dans de nombreux endroits du monde, être noir de peau ou être une femme continuent d’être des motifs de discriminations et de violation des droits humains. René Cassin, l’un des pères de la déclaration universelle des droits de l’Homme disait, et je cite: la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité», a-t-il déclaré.

D’après Félix Tshisekedi, l’absence de connaissance, les préjugés et stéréotypes, la peur de l’inconnu, le manque d’éducation sont autant de facteurs qui ont contribué à déshumaniser les personnes atteintes d’albinisme, à faire d’elles de citoyens de dernière classe. A l’en croire, il faut combattre ces mentalités arriérées car, en 2013 et 2014, le conseil des droits de l’homme des Nations-Unies et la commission africaine des droits de l’homme et des peuples ont adopté des résolutions qui réclamaient la prévention des agressions et de la discrimination à l’encontre des personnes atteintes d’albinisme.

Par ailleurs, Félix Tshisekedi a exhorté les organisateurs de ce colloque, de lutter contre les violations multiformes des droits des personnes atteintes d’albinisme, une démarche qu’il veut non pas comme une option, mais un devoir, une obligation.

Christian Okende

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU